Pas de prix pour les terrains de la Cité | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Pas de prix pour les terrains de la Cité
20 février 2014

Parcs industriels maskoutains
Pas de prix pour les terrains de la Cité

Comme à chaque début d'année, le conseil municipal a fixé, à sa séance de lundi, le prix de vente minimal des terrains des parcs industriels municipaux, mais en omettant cette fois de mentionner ceux de la Cité de la biotechnologie.

Le prix plancher des terrains industriels est déterminé par une résolution du conseil depuis 2004, mais c'est la toute première fois que les terrains de la Cité ne sont pas mentionnés dans la résolution en 10 ans.

Questionné à ce propos par LE COURRIER, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a d'abord répondu qu'il ignorait pourquoi les choses se présentaient différemment en 2014 à l'égard du parc industriel de la Cité et qu'il devait « aller aux nouvelles » pour en connaître la raison.Selon ce que lui a expliqué la greffière Hélène Beauchesne, la Ville n'a pas à fixer de prix pour les terrains du parc industriel de la Cité de la biotechnologie parce que les lots qui s'y trouvent ne sont pas à vendre. La Cité, dit-il, y fait plutôt construire des bâtiments industriels qui sont ensuite offerts en location à des entreprises.LE COURRIER lui a fait remarquer qu'un terrain avait tout de même été vendu en 2012 dans les limites du parc industriel de la CIté. Il s'agit d'un terrain de 22 761 mètres carrés qui a été cédé au Centre de développement pharmaceutique de Saint-Hyacinthe pour la somme de 542 000 $.Le maire Corbeil a laissé entendre qu'on ne pouvait interpréter la chose comme une « véritable vente », puisque la Cité et le Centre de développement pharmaceutique sont deux entités étroitement liées entre elles, et à la Ville aussi. « C'était le bras gauche qui vend au bras droit. C'était une vente à l'interne, pas à l'externe », a-t-il commenté.Quant à savoir ce que signifie « l'interne » à la Ville de Saint-Hyacinthe, M. Corbeil a souligné que l'administration municipale était justement en train de le définir. Chose certaine, le Centre local de développement présente sur son propre site Internet le parc industriel de Cité de la biotechnologie comme un parc industriel municipal, au même titre que les parcs Théo-Phénix ou Olivier-Chalifoux.Dans le cas de Théo-Phénix, le prix plancher des terrains a été fixé à 11 $ le mètre carré pour 2014 $ (10 $ en 2013), tandis que pour Olivier-Chalifoux, le prix minimal sera de 14 $ le mètre carré, ou de 16 $ s'il s'agit d'un terrain en façade du boulevard Casavant Ouest (prix de 12 $ et 14 $ en 2013).Enfin, le parc industriel Camille-Mercure, où il n'existe plus d'espace vacant, n'est plus considéré comme faisant partie du fonds industriel de la Ville au sens de la loi. En pareil cas, le pris minimal est celui de la valeur marchande de l'immeuble.En 2013, le conseil municipal avait fixé à 14 $ le mètre carré le prix minimal des terrains industriels de la Cité de la biotechnologie.

image