Nouvelle usine de traitement d'eau à Sainte-Hélène | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Nouvelle usine de traitement d'eau à Sainte-Hélène
1 septembre 2011

Nouvelle usine de traitement d'eau à Sainte-Hélène

L'offre d'une eau de qualité est au coeur des préoccupations de la municipalité de Sainte-Hélène. Depuis les deux dernières années, de nombreuses actions ont été posées afin d'améliorer la qualité de l'eau de la municipalité, dont la construction d'un puits et d'une nouvelle usine de traitement d'eau, qui devrait voir le jour sous peu.

« L'eau de Sainte-Hélène est déjà excellente à la consommation, mais nous voulons offrir plus à nos citoyens en diminuant la dureté de celle-ci », a expliqué d'entrée de jeu le maire de la municipalité, Yves Petit.

C'est pourquoi Sainte-Hélène se dotera d'une usine de traitement d'eau qui sera munie d'un système de filtration à la fine pointe de la technologie. « Le système choisi propose trois types de filtration, dont un au sable vert, un système d'échangeur ionique et un système membranaire. Le processus permet ainsi d'extraire toutes les particules qui peuvent être nuisibles aux appareils domestiques, a indiqué l'ingénieur mandaté par la firme Genivar, Jean Beauchesne. L'eau de Sainte-Hélène répondra aux normes du ministère du Développement Durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP), bien que l'eau consommée actuellement ne représente pas un danger pour la santé. »La municipalité attend le feu vert du MDDEP pour débuter la construction du bâtiment, qui sera situé derrière les bureaux municipaux, au 708, rue principale. C'est Comco Construction, de Sherbrooke, qui a obtenu le contrat pour la construction. « La municipalité a acheté le terrain et le bâtiment, qui sera détruit pour faire place à la nouvelle usine de traitement. Cet emplacement est idéal en raison de sa proximité avec les bassins déjà emménagés derrière les bureaux municipaux », a mentionné M. Petit.La municipalité avait initialement adopté un premier règlement d'emprunt de 3,2 M$ en mai 2008. Le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) avait à ce moment estimé le projet à 2,9 M$. Les gouvernements fédéral et provincial devraient donc verser chacun 25 % de ce montant grâce au Fonds sur l'infrastructure municipale rurale (FIMR). Sainte-Hélène devrait quant à elle assumer la différence. « Il est toutefois possible que le FIMR révise l'entente pour octroyer 50 % de la nouvelle estimation revue à la hausse », a avancé Yves Petit.Depuis mai 2008, l'estimation des coûts du projet en effet a augmenté à 4,65 M$ en raison de la croissance des coûts des matériaux, ce qui expliquerait l'emprunt supplémentaire de 815 000 $.Un registre a d'ailleurs été tenu le 10 août relativement à cet emprunt supplémentaire. Quelque 75 signatures étaient nécessaires pour la tenue d'un scrutin référendaire, mais aucun citoyen ne s'est opposé au projet.

L'or bleu de Sainte-Hélène

La municipalité a procédé à plusieurs investissements depuis les dernières années afin d'offrir une eau de qualité à ses citoyens. « Rappelons qu'il n'y a pas si longtemps, nous devions acheter notre eau à la Ville d'Acton Vale, au coût annuel moyen de 100 000 $. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons décidé d'investir dans un système d'aqueduc », a précisé Yves Petit.Un nouveau puits a été construit il y a deux ans pour la somme de 1,3 M $, comprenant le raccordement des tuyaux jusqu'aux bassins de la municipalité. « Selon les tests de pompage, ce nouveau puits devrait permettre de fournir de l'eau durant les 50 prochaines, selon la population actuelle », a conclu M. Beauchesne.

image