Le directeur général hébergera son employeur | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Le directeur général hébergera son employeur
23 janvier 2014

Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe
Le directeur général hébergera son employeur

Le directeur général par intérim du Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe a offert un cadeau incomparable à son organisme en achetant la bâtisse dans laquelle sera déménagé le comptoir familial de la rue Robert et en l'hébergeant à faible coût.

Depuis deux ans, le Centre de bénévolat souhaitait revamper sa friperie en raison de la baisse de la clientèle et des locaux désuets de l'actuel comptoir familial. « La relocalisation constituait le meilleur scénario », estime Marc Dumaine, président du comité sur l'avenir de la friperie et propriétaire de l'Imprimerie Dumaine.

Or, cela s'avéra plus facile à dire qu'à faire. Les options de location dépassaient la capacité financière du Centre et les bâtiments à vendre proposant un local commercial intéressant étaient assortis de logements à louer à l'étage supérieur. Dans les deux cas, « cela représentait un risque financier élevé que nous n'étions pas prêts à prendre », remarque M. Dumaine. C'est donc « dans le but de sauver la friperie » qu'André Arpin, directeur général par intérim du Centre de bénévolat, s'est porté acquéreur du 1805, des Cascades en décembre. « Ce local était vraiment fait pour accueillir une friperie et en le louant au Centre près de 40 % sous le tarif du marché, je n'avais rien à y gagner financièrement », soutient M. Arpin pour balayer les allégations de conflit d'intérêts. Il avoue avoir tergiversé quant à l'achat de la bâtisse, mais il a finalement « choisi d'être à l'aise » dans sa décision. « Qui nous aurait offert un local à ce prix? Personne. Je sais que je l'ai fait [l'achat] pour les bonnes raisons. »L'espace commercial, qui abritait autrefois la boutique Antonio Moreau, permettra à la friperie Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc de s'y établir au début du mois d'avril. Le comptoir familial de la rue Robert fermera quant à lui ses portes. « Nous savons qu'il s'agit d'un conflit d'intérêts, mais tout a été divulgué. Nous n'avons rien à cacher. André Arpin a vraiment acheté le bâtiment par bonté de coeur », assure Marc Dumaine, en ajoutant que des évaluateurs et des avocats externes avaient étudié le dossier. Le directeur général quittera ses fonctions au plus tard le 30 avril, une fois que le réaménagement de la friperie sera complété. Le Centre local de développement (CLD) semble toutefois juger la situation suffisamment préoccupante puisqu'il a refusé de verser une aide financière de 35 000 $ en raison d'une apparence de conflit d'intérêts. Marc Dumaine a néanmoins sollicité une seconde rencontre avec le conseil d'administration du CLD afin de lui démontrer toute la transparence du processus. D'après M. Dumaine, le coût de la location au pied carré, largement sous les tarifs habituels, sera respecté durant au moins cinq ans fermes avec option de cinq années supplémentaires advenant la vente de l'édifice. La boutique Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc occupera une superficie de 4 700 pi.ca, en plus d'un sous-sol exploitable de la même taille.

image