49 nouvelles places en CPE à Saint-Hyacinthe | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
49 nouvelles places en CPE à Saint-Hyacinthe
6 mars 2014

49 nouvelles places en CPE à Saint-Hyacinthe

Les projets de service de garde découlant des 49 nouvelles places créées en CPE à Saint-Hyacinthe verront le jour d’ici 2016.
La ministre de la Famille, Nicole Léger, a annoncé la création de 49 nouvelles places à contribution en centres de la petite enfance (CPE) pour la région de Saint-Hyacinthe, ce qui permettra l’ouverture de deux nouveaux services de garde.

Les CPE Les Coquelicots, Les Jardins d'Honorine et Mafamigarde ont respectivement obtenu 2, 8 et 39 nouvelles places sur les 3 106 créées en Montérégie. Ces places s’ajoutent à celles qui sont existantes ou encore en voie de réalisation, comme c’est le cas pour Les Coquelicots.

Le CPE situé sur la rue Saint-Pierre Ouest procèdera à l’ouverture d’un nouveau service de garde au cours de l’année 2015. Celui-ci comptera 62 places, dont 60 avaient déjà été approuvées par le Ministère auparavant. L’emplacement n’a pas pu être dévoilé, car d’après la directrice générale du CPE, les approbations ministérielles sont toujours en attente sur ce point. Ghislaine Plamondon a toutefois affirmé qu’il s’agirait d’une construction neuve située à Saint-Hyacinthe. Le projet permettra l’embauche d’une douzaine d’éducatrices et d’une cuisinière. Pour Les Jardins d’Honorine, les huit places seront ajoutées au sein des installations de la rue Monette et une nouvelle éducatrice intégrera l’équipe de travail.

CPE à vocation sociale

Le second CPE à ouvrir ses portes d’ici deux ans s’adressera à une clientèle très précise et souvent incapable d’utiliser les services de garde.

En effet, Mafamigarde, dont les installations sont situées à Sainte-Rosalie, planche sur un projet de 39 places dédiées aux familles à faible revenu résidant au centre-ville de Saint-Hyacinthe. Un service de pédiatrie sociale, porté par le conseiller municipal David Bousquet, serait offert dans le même bâtiment que le CPE afin d’offrir un programme de soins et d’aide complet aux enfants défavorisés et à leurs parents. Ce sera la première initiative de ce type à voir le jour à Saint-Hyacinthe. « Le manque de mobilité et de proximité des CPE est souvent un facteur décourageant pour les familles qui ne peuvent se déplacer. C’est pourquoi nous nous installerons au centre-ville, afin que ce soit facile d’accès pour tous », souligne la directrice générale de Mafamigarde, Chantal Pelletier. D’après la Loi sur les services de garde à l’enfance, les parents dont le revenu provient exclusivement du programme d’aide sociale sont exemptés du paiement de la contribution réduite jusqu’à 2,5 journées par semaine. L’emplacement du nouveau CPE n’a pas encore été déterminé, mais Mme Pelletier espère lancer son projet en avril 2015. L’équipe sera composée de six nouvelles éducatrices, d’une directrice adjointe et d’une cuisinière.

image