L’influence du Dr Julien à Saint-Hyacinthe | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
L’influence du Dr Julien à Saint-Hyacinthe
6 mars 2014

Service de pédiatrie sociale
L’influence du Dr Julien à Saint-Hyacinthe

L’idée d’ouvrir un service de pédiatrie sociale au centre-ville de Saint-Hyacinthe a germé dans l’esprit du conseiller municipal David Bousquet après avoir croisé le Dr Gilles Julien. Se basant sur son approche communautaire, il espère doter la ville d’un tel service dès l’automne 2015.

Il s’agit d’un service qui sera complémentaire au nouveau CPE de 39 places géré par Mafamigarde, lequel vise les familles défavorisées. Le service de garde ouvrira ses portes au plus tard en 2016.

Le centre Au grand galop vise une approche pédiatrique en communauté, instituée par la Fondation du Dr Julien, dans le but d’aider les enfants et les familles vulnérables à développer leur plein potentiel. « Le territoire maskoutain est affecté par des zones de pauvreté et d’exclusion sociale, mais le centre-ville de Saint-Hyacinthe ressort clairement du lot, d’où l’idée de s’y établir », explique M. Bousquet. Il affirme aussi qu’en tant que président de l’Office municipal d’habitation (OMH) de Saint-Hyacinthe, de nombreuses familles démunies l’ont sensibilisé aux problèmes d’accès aux services de garde et de soins en raison de leur mobilité déficiente. En combinant éducatrices et professionnels de la santé, souligne David Bousquet, cela permet à la fois d’identifier les problèmes chez l’enfant et de les résoudre en bâtissant un plan d’intervention adapté à ses besoins. « Un CPE au centre-ville est aussi un indispensable », assure-t-il, en ajoutant qu’un concept similaire fonctionne très bien à Saint-Laurent. Le CLSC souhaiterait également s’impliquer dans le projet. L’équipe du centre pédiatrique serait composée d’un travailleur social, d’un médecin, d’un coordonnateur et de nombreux bénévoles pour débuter. « Mais l’idée avec la pédiatrie sociale, c’est d’inviter la population à prendre soin des enfants, que tous les participants proches de lui soient impliqués dans son cheminement », lance le conseiller municipal.Le centre Au grand Galop est pour le moment à l’étape de l’incorporation en tant qu’organisme sans but lucratif, ce qui n’empêche pas M. Bousquet de multiplier les recherches pour trouver un local. L’OMH a d’ailleurs déposé une offre d’achat sur l’ancien garage Concorde automobile, situé à l’intersection des rues Concorde et Bibeau.  Des logements sociaux pourraient être bâtis dans le nouvel édifice et il n’a pas encore été décidé si le CPE et le service pédiatrique seraient locataires ou copropriétaires du bâtiment. David Bousquet estime devoir recueillir 100 000 $ afin d’aménager la clinique et assurer son fonctionnement durant trois ans.

image