« Les gens veulent entendre parler de la souveraineté » | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
« Les gens veulent entendre parler de la souveraineté »
3 avril 2014

« Les gens veulent entendre parler de la souveraineté »

Le débat sur la souveraineté n'est pas clos, croit Éric Pothier, candidat local d'Option nationale.
Les rencontres d'Éric Pothier avec la population maskoutaine lui ont démontré que malgré la place prise par la question référendaire durant la campagne, les citoyens ne souhaitent pas reléguer le sujet aux oubliettes.

Le candidat d'Option nationale (ON) croit que cela s'explique par l'approche économique qu'utilise son parti pour démontrer la viabilité d'un Québec souverain.

« Il a longtemps été question de la langue et de l'identité lorsque l'on abordait le sujet de la souveraineté, pas d'économie. Les gens que j'ai rencontrés trouvaient l'angle économique d'ON très intéressant. Il faut parfois faire attention, car les sondages et la réalité peuvent faire deux », explique le candidat. D'après lui, ON est le seul parti qui s'engage à faire l'indépendance dès un premier mandat. « Nous ne divisons pas le vote chez les souverainistes, nous leur offrons une option supplémentaire », ajoute-t-il. Éric Pothier dresse un bilan positif de sa première expérience en campagne électorale. Il compte sur les derniers jours pour continuer d'augmenter sa visibilité auprès des citoyens et tentera d'organiser des rencontres avec le maire de Saint-Hyacinthe et la chambre de commerce. « Le plus difficile fut de ne pas avoir le temps de faire tout ce que je voulais. J'ai donné tout ce que je pouvais pour la cause, ce qui démontre bien ma détermination », estime le candidat.

Patrimoine national

Après avoir indiqué qu'ON misait sur la nationalisation des terres agricoles pour les protéger des acheteurs étrangers, Éric Pothier souhaitait nuancer son propos.

Le parti prône plutôt une protection du milieu agricole en le déclarant patrimoine national. « L'exploitation et la préservation des terres devront refléter cette importance, notamment sur le plan des redevances et du soutien au secteur agroalimentaire », explique-t-il. ON propose notamment un plan de souveraineté alimentaire, une meilleure identification des produits locaux, un fonds de pension pour les travailleurs du secteur et une aide au recrutement de la relève.

image