VI e Marche à relais pour la reconnaissance du travail invisible | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
VI e Marche à relais pour la reconnaissance du travail invisible
17 avril 2014

VI e Marche à relais pour la reconnaissance du travail invisible

La VI e Marche à relais pour la reconnaissance du travail invisible a regroupé 91 participantes provenant de la région Richelieu-Yamaska.

La VI e Marche à relais pour la reconnaissance du travail invisible a regroupé 91 participantes provenant de la région Richelieu-Yamaska qui, en ce 1 er avril, sont venues dire haut et fort que le rôle parental et le rôle des proches aidants sont des rôles importants, mais non reconnus dans notre société et réclamer des mesures pour contrer les inégalités.

En effet, le Canada, à la demande de la députée fédérale de Laval, Nicole Demers, a adopté, à l’unanimité en 2010, une motion reconnaissant l’importance du travail invisible, soit tout le travail fait par les parents qui prennent soin de leurs enfants et le travail fait par les proches des personnes en perte d’autonomie. Ce travail qui lors du recensement de 2006 au Canada, a permis d’être chiffré à la valeur annuelle de 26 milliards de dollars, mais n’a pu continuer de l’être puisque le gouvernement a aboli l’utilisation du questionnaire long, lors du recensement de 2011. L'Afeas n'a jamais réclamé un salaire pour les parents qui restent à la maison pour prendre soin de leurs enfants, car le mot « salaire » implique un lien d'employeur/employé. L'Afeas réclame toutefois des mesures pour contrer les inégalités, dont la prestation parentale universelle au sein du régime d'assurance parentale. En effet, depuis 2006, le régime québécois d'assurance parentale du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale verse des prestations aux nouveaux parents, mais exclut les mères n'y ayant pas contribué ou celles y ayant contribué de façon insuffisante avant la naissance de leur enfant. Selon l'Afeas, le rôle parental est tout aussi essentiel pour l'enfant dont le parent a participé au régime que pour celui qui n'a pas pu le faire. Avant de débuter cette marche à relais, qui s’est déroulée de 10 h 45 à 13 h 45 dans les corridors des Galeries St-Hyacinthe, la présidente d’honneur Lise Grenon, membre du conseil d’administration de la Maison de la famille des Maskoutains depuis sa fondation, a rappelé à toutes les participantes les services offerts aux parents et aux proches aidants par cet organisme. Ceux-ci peuvent les accompagner dans ces rôles de travailleuses invisibles.

image