Québec s'en est mêlé | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Québec s'en est mêlé
22 mai 2014

Gouvernance du CLD et des organismes apparentés
Québec s'en est mêlé

La journée même où le maire Claude Corbeil, le président de la Cité André Barnabé et la présidente du CLD Francine Morin ont annoncé l'octroi d'un mandat à Raymond Chabot Grant Thornton pour clarifier la gestion budgétaire du CLD, le rapport en question a été reçu à la MRC. Il devrait être rendu public d'ici quelques jours.
La MRC des Maskoutains n'a pas agi de sa propre initiative en faisant examiner, l'hiver dernier, la gouvernance du Centre local de développement (CLD) et de ses organismes apparentés : Québec l'avait très fortement incitée à le faire.

La marche à suivre lui a été dictée par le directeur régional du ministère des Finances et de l'Économie, Jacques La Rue, apprend-on dans le préambule d'une résolution que le conseil des maires a adoptée à sa séance du 14 mai.

M. La Rue insistait sur la nécessité de procéder à « la clarification de la gouvernance du CLD Les Maskoutains et des organismes apparentés », c'est-à-dire de tout ce qui concerne le rôle des conseils d'administration et du personnel, le respect des règles d'éthique et de confidentialité, de même que le « partage des dépenses du CLD avec les organismes apparentés ».Ce sont ces directives que le conseil administratif de la MRC a suivies le 17 décembre 2013 en confiant à Nicolas Plante, du cabinet montréalais de la firme-conseil en administration Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), le mandat de « clarifier la gestion budgétaire du CLD Les Maskoutains en regard de ses liens avec les organismes apparentés ».Le rapport de Raymond Chabot Grant Thornton a été transmis à la MRC le 27 février 2014, au terme de travaux qui ont coûté à la MRC la somme totale de 21 327 $. Ce rapport, précise la résolution adoptée mercredi dernier, « comporte un certain nombre d'observations et de recommandations qui découlent du mandat octroyé ». On ignore toutefois la teneur de ces remarques et conseils, puisque la MRC refuse pour l'instant de rendre le rapport public.Mais des changements à la dynamique qui existe entre le CLD, une organisation de soutien entrepreneurial relevant de la MRC, et ses organismes apparentés - la Cité de la biotechnologie et le Centre de développement pharmaceutique, amalgamés dans un commissariat industriel spécialisé (la Cité) au service de la Ville de Saint-Hyacinthe - vont probablement se produire dans un proche avenir.Par la résolution qu'ils ont adoptée en séance publique mercredi dernier, les maires demandent au conseil d'administration du CLD de « prévoir des mesures qu'il jugera appropriées de manière à donner application aux diverses recommandations formulées par la firme RCGT dans son rapport du 27 février 2014 ». Le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud, a informé LE COURRIER que le rapport RCGT deviendrait disponible après que le conseil d'administration du CLD se sera penché sur ses conclusions.Fondée en 2003, la Cité de la biotechnologie agroalimentaire, vétérinaire et agroenvironnementale gère un parc industriel constitué de terrains que lui a cédés le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) dans le but de favoriser le développement industriel de Saint-Hyacinthe. Dans les faits, la Cité a toujours fonctionné en symbiose avec le CLD, avec qui elle loge au 1000, rue Dessaulles. Bien que dotés de conseils d'administration distincts, ces deux commissariats relevaient jusqu'ici de la même direction générale, laquelle a été assurée par Mario De Tilly jusqu'à son départ, survenu à la fin mars. Il agit maintenant comme PDG de Développement économique Longueuil, et c'est sa conjointe, Nathalie Laberge, son ex-adjointe, qui assure l'intérim à la direction de la Cité et du CLD Les Maskoutains.

image