Recul de la dette et surplus de 2,2 millions $ | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Recul de la dette et surplus de 2,2 millions $
26 juin 2014

États financiers 2013
Recul de la dette et surplus de 2,2 millions $

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a présenté les états financiers 2013 de la municipalité.
Loin de se dégrader, la situation financière de la Ville de Saint-Hyacinthe s'est même améliorée un peu au cours de l'année 2013, indiquent les derniers états financiers de la municipalité.

Non seulement a-t-elle terminé le dernier exercice avec un surplus de 2 252 027 $, mais elle se trouvait également un peu moins endettée à la fin de l'année qu'au début. Durant l'année 2013, la dette supportée par l'ensemble des contribuables est passée de 32 170 421 $ à 30 037 878 $, en baisse de 2,13 millions $.

À cela, il faut cependant ajouter les emprunts contractés pour des projets susceptibles d'être financés par un revenu d'appoint. Ces emprunts portaient la dette à 40,35 millions $ au 31 décembre 2013, comparativement à 43,42 millions $ un an auparavant. Quant à la dette assumée par une partie de la population pour des travaux d'amélioration locale, elle est passée de 13,5 millions $ à 13 millions $.

Surplus

En présentant les états financiers 2013, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a expliqué que le surplus de 2,25 millions $ provenait d'abord de revenus qui ont excédé les prévisions de 2 681 605 $ et, d'autre part, d'économies totalisant 1 440 522 $ au chapitre des dépenses.

Mais la Ville, a-t-il poursuivi, a réalisé des économies supplémentaires de 3 659 600 $ du côté de son fonds de dépenses en immobilisations, de sorte qu'elle s'est retrouvée momentanément avec un excédent de l'ordre de 7,78 millions $. Cette marge de manoeuvre lui a permis d'affecter 5 388 000 $ à des remboursements dans certains projets ou d'en financer de nouveaux. Elle a ainsi trouvé l'argent nécessaire - 1 million $ - pour couvrir sa part dans le projet du terrain synthétique de soccer-football au Cégep de Saint-Hyacinthe, de même que les 914 900 $ qui lui ont permis de payer entièrement la transformation du stade C.-A.-Gauvin en centre multisports. La Ville a aussi été en mesure de rembourser 2 157 500 $ dans le cadre du projet du Centre culturel Humania Assurance, ce qui laissait un solde de 3 809 850 $ à financer pour ce projet à la fin de 2013. En outre, une somme de 775 000 $ a été réservée à des acquisitions de terrains.« En procédant de cette façon, la Ville de Saint-Hyacinthe démontre encore une fois sa volonté de tout mettre en oeuvre pour limiter la dette à long terme à des projets structurants, tels le prolongement des boulevards Casavant Est et Ouest, ou la construction du Centre aquatique Desjardins, pour ne prendre que ces exemples », a commenté le maire Corbeil.Quant au surplus net de 2 252 027 $, le conseil municipal a décidé de le répartir dans quatre réserves, la première étant le fonds de roulement. La Ville y consacrera 1 million $ de plus, de sorte qu'il atteindra le seuil de 17 millions $ autorisé pour Saint-Hyacinthe. En second lieu, la réserve dédiée au logement social sera augmentée de 600 000 $ à 800 000 $, conformément à l'engagement de la Ville d'y consacrer 200 000 $ chaque année durant 10 ans. Troisièmement, la Ville augmentera de 250 000 $ sa réserve destinée à couvrir les cautionnements de la Cité de la biotechnologie « ou pour des entreprises contrôlées par cette dernière », ce qui portera cette réserve à 1,5 million $. Enfin, une réserve de 100 000 $ sera créée pour favoriser la conversion du site de l'ancienne usine Goodyear.

image