Des techniciens ambulanciers de Dessercom honorés | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Des techniciens ambulanciers de Dessercom honorés
1 janvier 2015

Des techniciens ambulanciers de Dessercom honorés

Sur la photo, de gauche à droite : Stéphan Scalabrini, directeur des opérations – Services préhospitaliers d’urgence chez Dessercom; Réjean St-Pierre, superviseur régional chez Dessercom; Patric Samson, superviseur chez Ambulances Saint-Hyacinthe; Éric Morin, chef d’équipe par intérim chez Ambulances Saint-Hyacinthe; Dr Patrick Blouin, directeur régional médical à l’Agence de la santé et des services sociaux de Chaudières-Appalaches; et Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom.
Tout faire pour sauver une vie n’est pas un acte facile, ni physiquement, ni psychologiquement. Les dirigeants de Dessercom, désireux de montrer leur reconnaissance envers leurs employés qui ont accompli de tels exploits, avaient organisé récemment une cérémonie en leur honneur.

Pas moins de 550 employés de Dessercom ont participé à cette grande fête. L’entreprise a tenu à y honorer les multiples années de service de certains d’entre eux, ainsi que les réanimations effectuées par plusieurs de leurs paramédics, entre autres ceux d’Ambulances Saint-Hyacinthe (division de Dessercom), située sur l’avenue Sainte-Marie à Saint-Hyacinthe.

Les paramédics Réjean St-Pierre, Patric Samson, André Bienvenue, Mario Gatien, Marc-Olivier Beaudoin, Jonathan Provost et Éric Morin, tous basés à Saint-Hyacinthe, se sont vu remettre une épinglette pour souligner une ou des réanimations qu’ils ont accomplies.

Vu le caractère foudroyant des maladies du coeur et des AVC, contrairement à la croyance populaire, les réanimations du genre ne sont pas si fréquentes au sein du métier. Certains paramédics en pratiqueront seulement quelques-unes dans l’ensemble de leur carrière. Par contre, les maladies du coeur et les AVC, eux, sont très fréquents.

Toutes les sept minutes, une personne y succombe au Canada. Chaque minute qui s’écoule avant un traitement ou une réanimation entraîne des dommages irréparables au cerveau, l’équivalent de 3,6 ans de vieillissement normal par heure.

image