Le Centre islamique ­maskoutain condamne l’attentat au Charlie Hebdo | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Le Centre islamique ­maskoutain condamne l’attentat au Charlie Hebdo
15 janvier 2015

Le Centre islamique ­maskoutain condamne l’attentat au Charlie Hebdo

Le Centre islamique maskoutain s’est dit profondément indigné par l’attentat commis contre le journal satirique Charlie Hebdo.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©
Le Centre islamique maskoutain (CIM), logé sur la rue Saint-Joseph à Saint-Hyacinthe, condamne la fusillade survenue dans les bureaux de ­l’hebdomadaire satirique Charlie ­Hebdo, à Paris. Douze ­personnes, dont huit collaborateurs du journal, ont péri durant l’attentat.

« Nous souhaitons exprimer notre ­profonde indignation et nous déplorons les pertes de vies innocentes. Nous condamnons formellement ces actes de violence qui, nous le soulignons, ne peuvent se réclamer de l’Islam », ont ­dénoncé par communiqué les ­administrateurs du CIM.

Durant l’avant-midi du 7 janvier, les présumés auteurs de la tuerie, les frères Chérif et Saïd Kouachi, ont ouvert le feu dans l’entrée et dans la salle de rédaction du Charlie Hebdo, faisant douze ­victimes.

Quatre caricaturistes très connus en France, Charb, Cabu, Tignous et ­Wolinski ont trouvé la mort au cours de la fusillade.

D’après un journaliste de ­l’hebdomadaire ayant survécu à ­l’attaque, les assaillants auraient crié : « Nous avons vengé le prophète », en ­référence aux caricatures controversées ridiculisant Mahomet publiées par ­Charlie Hebdo.

Les liens d’appartenance avec Al-Quaïda des frères Kouachi ont été confirmés peu avant qu’ils soient tués lors d’un ­assaut lancé contre eux par les forces d’élite de la police française, ­vendredi, selon Radio-Canada.

Les responsables du CIM ont tenu à ­rappeler que « l’Islam dans son authenticité est une religion universelle conduite par des valeurs d’amour, de paix, de justice, de ­liberté, de tolérance et de compréhension de l’autre. Ce sont ces valeurs que nous ­véhiculons au sein de notre communauté ».

Les membres du conseil d’administration ont décliné la demande d’entrevue du COURRIER.

image