Désaccord au conseil pour une subvention de 480 $ | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Désaccord au conseil pour une subvention de 480 $
22 janvier 2015

Saint-Barnabé-Sud
Désaccord au conseil pour une subvention de 480 $

La municipalité de Saint-Barnabé-Sud soulage de 10 $ la facture de surveillance du dîner des parents dont les enfants mangent à l’école primaire aux Quatre-Vents.  Photo François Larivière | Le Courrier ©
Les parents de 48 élèves de l’école primaire aux Quatre-Vents, pavillon Saint-Barnabé-Sud, ont bien failli ne pas bénéficier d’une subvention municipale visant à réduire la facture de frais de surveillance sur l’heure du dîner. Le maire a dû exercer son droit de vote pour que la demande soit adoptée.

Depuis au moins cinq ans, à la demande de l’établissement scolaire, la municipalité de Saint-Barnabé-Sud verse 10 $ par enfant dînant à l’école, réduisant du même montant la facture des parents.

Lors de l’assemblée municipale du 4 novembre, la subvention pour les 48 élèves, soit 480 $, a failli ne pas être reconduite. Devant l’impasse lors du vote (trois conseillers pour et trois contre), le maire Alain Jobin a finalement fait pencher la balance en faveur de la demande.

Le maire croit que les conseillers s’étant positionnés contre la subvention l’ont fait par incompréhension. « Ils croyaient que l’argent servirait à subventionner la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, mais je leur ai expliqué que ce sont directement nos enfants et l’école de Saint-Barnabé-Sud qui bénéficieraient de cette somme. »

Si le montant de 10 $ par élève semble bien peu élevé, la directrice de l’école aux Quatre-Vents rappelle que la surveillance sur l’heure du midi est un service entièrement financé par les parents dont les enfants mangent à l’école, lequel s’élève à environ 210 $ par année.

« En consultant nos documents, on s’aperçoit que chaque année, les frais qui sont les moins payés par les parents sont ceux de la surveillance du dîner. Il y a des arrérages, on fait des suivis avec les parents et dans certains cas, c’est l’école qui finit par défrayer », explique Chantal Chagnon.

Elle souligne que le montant de 10 $ est inscrit à titre indicatif dans la demande soumise au conseil municipal.

Mme Chagnon reconnaît qu’il serait pertinent d’offrir une séance d’information aux élus afin de leur expliquer l’importance et l’utilité de cette contribution, ce que l’invite à faire le maire Alain Jobin.

« Il y a certains citoyens qui m’ont téléphoné après avoir vu le résultat du vote pour me dire : c’est vrai ça, trois conseillers pour et trois contre pour une subvention de 10 $ par élève? », note-t-il.

Les trois autres municipalités dans lesquelles sont situés les pavillons de l’école aux Quatre-Vents subventionnent aussi la surveillance sur l’heure du dîner. Saint-Jude et Saint-Bernard remettent 10 $ par élève, tandis que Saint-Louis offre 20 $.

image