Un second volet revu et corrigé | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Un second volet revu et corrigé
22 janvier 2015

Campagne promotionnelle
Un second volet revu et corrigé

Le président de la Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains, Louis Gendron, a dévoilé mardi la deuxième phase de la vaste campagne destinée à promouvoir la région au niveau provincial en compagnie du maire de Saint-Hyacinthe Claude Corbeil, de la préfet de la MRC des Maskoutains Francine Morin et du directeur général de la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe, Serge Bossé.  Photo François Larivière | Le Courrier ©
Des qualificatifs comme possessive, cérébrale, dominante ou étourdissante utilisés pour promouvoir la région n’apparaîtront pas dans les publicités qui seront diffusées sur le net, à la radio et sur les réseaux de télévision dans le cadre de l’ambitieuse campagne d’image orchestrée par la Ville de Saint-Hyacinthe, la MRC des Maskoutains et la Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains.

Pour cette deuxième phase qui vise à promouvoir Saint-Hyacinthe et ses municipalités rurales environnantes à l’échelle provinciale, on a privilégié les mots hyperactive, paradoxale et idéaliste.

Le président de la chambre de commerce locale, Louis Gendron, assure que les mots qui avaient été imaginés par l’agence montréalaise LG2, à qui l’on avait confié le mandat de créer le concept de l’image de marque régionale pour un montant de 80 000 $, resteront au stade de l’affichage.

« Nous avons décidé de cibler différemment pour cette seconde phase de la campagne. L’affichage et une publicité de 15 secondes sont deux modes de communication différents. Nous sommes très contents du travail réalisé par LG2, mais nous ne voulions pas mettre tous nos oeufs dans le même panier », a expliqué M. Gendron, en entrevue au COURRIER.

Rappelons que les mots redondante et suffisante avaient été mal perçus par une bonne partie de la population et avaient rapidement étaient gommés des affiches. « Nous avons tenu une activité nécrologique pour certains mots... », a admis M. Gendron.

Le lancement officiel de cette deuxième phase s’est déroulé dans une petite salle bondée du Complexe sportif Isatis, mardi soir.

Les responsables de la campagne ont fait appel à l’agence de communications Prospek de Montréal pour la réalisation des publicités destinées au web.

« L’ancienne agence (LG2) avait créé l’image de marque et certaines déclinaisons. L’objectif de la première phase de la campagne était davantage de faire une percée au niveau local. Notre mandat était plus d’envergure nationale, donc de viser les autres régions du Québec. Notre choix créatif a été de ne plus utiliser les autres mots de la campagne », a indiqué Sylvain Arsenault, président de Prospek.

L’entreprise ArchAnge films, de Sherbrooke, s’est chargée quant à elle de la production des publicités télévisées.

La station locale Boom 106.5 Montérégie a obtenu le mandat de réaliser les capsules radio ainsi que leurs placements publicitaires sur les ondes de Rouge FM, deux entreprises propriétés de Bell Media.

Les publicités télévisées seront diffusées sur les chaînes Radio-Canada, TVA et ARTTV.

Budget

Un budget de 1,2 M$ est prévu pour financer l’ensemble de cette campagne dont une troisième phase sera lancée en 2016.

Le second volet représentera un coût estimé entre 400 000 $ et 500 000 $ comparativement à 100 000 $ pour l’opération affichage.

Cette campagne d’image d’envergure a réussi à mobiliser plus de 35 partenaires maskoutains des secteurs publics, privés et institutionnels qui ont contribué jusqu’à maintenant à hauteur de près d’un million de dollars.

« En 2014, la campagne a fait parler d’elle. En 2015, elle sera vue par tous les Québécois. L’image de la grande région de Saint-Hyacinthe va maintenant s’installer sur l’ensemble du territoire », a annoncé avec fierté le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil.

« Notre volonté commune de positionner la grande région comme une terre d’innovation, où il fait bon vivre et évoluer, nous garantit un avenir des plus prometteurs », a mentionné pour sa part Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains.

image