Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageimage
Saint-Damase retrouve son orgue Casavant
9 juin 2016

Saint-Damase retrouve son orgue Casavant

Saint-Damase retrouve son orgue Casavant
L’Opus 24 de Casavant et Frères trône maintenant au jubé de l’église de Saint-Damase. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©
Le son d’un orgue résonne de nouveau à l’église de Saint-Damase, qui a inauguré en grande pompe le dimanche 5 juin son nouvel instrument devant près de 300 personnes.

Il ne s’agit pas de n’importe quel orgue, mais bien de l’Opus 24 de la maison Casavant et Frères, soit le 24e ouvrage réalisé par le réputé fabricant. L’évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr François Lapierre, était présent pour la bénédiction et un concert a été donné par l’organiste Paul Vigeant pour que tous puissent entendre l’instrument datant de 1888.

La paroisse de Saint-Damase s’était mobilisée pour dénicher un orgue puisque l’église n’en possédait plus depuis une cinquantaine d’années. Grâce à une quinzaine de donateurs, près de 200 000 $ ont été amassés en moins d’un mois pour le projet. « Tout s’est fait très rapidement », se surprend le président de la fabrique, Jean-Paul Poirier, puisque l’achat s’est conclu à peine six mois auparavant.

Saint-Damase est en effet parvenue à acquérir l’instrument de l’église de Pierreville, près de Yamaska, dont la démolition a d’ailleurs fait l’objet d’un reportage dans les pages du Devoir le 30 mai. Casavant et Frères a été mandaté pour déplacer et restaurer le précieux instrument pour l’installer à Saint-Damase, où quelques travaux ont été réalisés au jubé pour pouvoir l’accueillir. Il s’agit d’une véritable fierté pour la paroisse de retrouver un orgue, mais surtout un orgue Casavant, a souligné Jean-Paul Poirier, puisque l’ancien dont l’église s’est départie dans les années 1960 n’était nul autre que l’Opus 5 de Casavant et Frères, construit en 1883. Une véritable pièce d’histoire qui a étonnamment quitté la région sans qu’on sache véritablement où il a abouti, puisque la paroisse et le fabricant en ont perdu la trace. Un petit trésor historique égaré, mais chose certaine, l’Opus 24 a lui trouvé une place de choix à Saint-Damase.

image