Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageÉducationimage
Yves Bolduc a la confiance du président de la CSSH
8 mai 2014

Rencontre avec le ministre de l'Éducation
Yves Bolduc a la confiance du président de la CSSH

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, s'est entretenu avec les dirigeants des commissions scolaires trois jours après sa nomination.
Le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, a fait bonne figure auprès du président de la commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) au terme d'une première rencontre tenue à Québec.

À la demande de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le ministre Bolduc s'est entretenu durant près d'une heure avec Richard Flibotte et ses homologues des autres commissions scolaires le 26 avril.

« Nous avons eu l'occasion de découvrir l'homme derrière le ministre. Puisqu'il s'agissait d'un premier contact, on ne s'attendait pas à ce qu'il fasse des annonces. Il a la réputation d'être un homme de terrain et déjà, M. Bolduc a indiqué vouloir rencontrer les commissions scolaires une à une », relate Richard Flibotte, qui est aussi vice-président de la FCSQ. Selon lui, le médecin a déjà fait ses preuves dans une ancienne vie et il demeure convaincu que M. Bolduc saura s'entourer de personnes qui connaissent les enjeux en éducation. « Je lui fais pleinement confiance », assure Richard Flibotte. Le président de la CSSH s'est aussi avoué soulagé de savoir que l'abolition des commissions scolaires ne figurait pas au programme libéral. « La structure des commissions scolaires n'a pas été remise en question. Même chose pour les élus scolaires. Le ministre dit ne pas être préoccupé par le faible taux de participation aux élections scolaires. Pour lui, cette structure doit rester en place. »Richard Flibotte demeure tout de même « impatient » de voir le prochain budget provincial. Yves Bolduc n'a pas été en mesure d'affirmer que les commissions scolaires seraient épargnées par une nouvelle série de compressions budgétaires. Il a néanmoins reconnu qu'elles avaient été malmenées au cours des dernières années, rapporte le président de la CSSH. L'avenir semble se dessiner plus clairement du côté de la taxe scolaire. « Nous avons compris que le Parti libéral ne reprendrait pas le projet de loi de son prédécesseur concernant le remboursement de la taxe scolaire aux contribuables, indique Richard Flibotte. Mais, rien n'exclut que le projet soit présenté sous une autre forme. »Pour les citoyens résidant sur le territoire de la CSSH, le compte de taxe scolaire, émis au mois de juillet, devrait être similaire à celui de l'an dernier. Les propriétaires fonciers financeront encore cette année la moitié du retrait de la péréquation, cette dernière totalisant un manque à gagner de 8,7 M$. Un effort additionnel de 25 % sera imposé aux citoyens à partir de 2015-2016, pour atteindre 100 % en 2016-2017.

image