Les étudiantes remettent 9 500 $ à l'hôpital Sainte-Justine | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageÉducationimage
Les étudiantes remettent 9 500 $ à l'hôpital Sainte-Justine
19 juin 2014

Défi 1 km au CSM
Les étudiantes remettent 9 500 $ à l'hôpital Sainte-Justine

Les élèves du Collège Saint-Maurice ont remis plus de 9 500 $ à la fondation de l'hôpital Sainte-Justine grâce à une activité de course.
Plus de 600 élèves du Collège Saint-Maurice (CSM) ont défié, à la course, les deux kilomètres aller-retour de la promenade Gérard-Côté dans le but d'amasser des fonds pour le centre hospitalier Sainte-Justine.

Les étudiantes peuvent être fières d'elles puisqu'elles ont remis la somme de 9 521 $ à la fondation de l'hôpital. Le montant a été amassé grâce à des dons remis par l'entourage des élèves et servira à financer de l'équipement spécialisé pour le département de traumatologie.

Cette activité de course s'inscrivait dans le cadre du Défi 1 km, organisé par la fédération des établissements privés. Le CSM a toutefois rehaussé le niveau de difficulté en proposant un parcours de quatre kilomètres. « L'obligation était de courir le premier kilomètre. Ensuite, plusieurs alternatives s'offraient aux filles pour la fin de la course », explique Jean-Pierre Jeannotte, directeur du CSM. À savoir pourquoi l'établissement a choisi d'encourager un centre hospitalier de Montréal plutôt que celui de Saint-Hyacinthe, M. Jeannotte indique que Sainte-Justine est « l'hôpital du Québec ». « Il y a de nombreux enfants de Saint-Hyacinthe qui se font traiter là-bas. Lorsque nous avons présenté le projet aux élèves, nous leur avons demandé de lever la main si elles avaient déjà reçu des soins à Sainte-Justine. Disons que j'ai été surpris du nombre de mains levées », explique le directeur. Cette première participation au Défi 1 km a été pilotée, en partie, par l'étudiante au programme international, Marie-Pier Leboeuf, dans le cadre de son projet personnel. Jean-Pierre Jeannotte souhaite que l'activité revienne l'an prochain, pour le plus grand plaisir de ses élèves. « C'est satisfaisant, car les filles qui veulent le plus recommencer sont celles pour qui cela a été plus difficile physiquement », se réjouit-il.

image