Encore des contributions à la caisse libérale | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageFaits Diversimage
Encore des contributions à la caisse libérale
25 août 2011

Nomination de nouveaux juges à Saint-Hyacinthe
Encore des contributions à la caisse libérale

Me Suzanne Paradis.
Le Palais de justice de Saint-Hyacinthe pourra finalement compter sur deux nouveaux juges pour prendre à bras-le-corps les nombreuses causes qui s'accumulent à la chambre criminelle et pénale ainsi qu'à la chambre civile. Me Suzanne Paradis et Me Marc-Nicolas Foucault feront bientôt leur entrée, après une longue pénurie de juges de la Cour du Québec en sol maskoutain.

Il s'agit de la seconde nomination à la magistrature au sein du district judiciaire de Saint-Hyacinthe depuis la désormais célèbre Commission Bastarache sur le processus de nomination des juges. Or, elle voit au moins une généreuse contributrice à la caisse du Parti libéral du Québec accéder à la magistrature.

Me Suzanne Paradis, associée à l'étude Paradis Tourigny Duchesne, à Drummondville, a versé 2 605 $ au PLQ entre 2007 et 2010, selon les listes des donateurs de plus de 200 $ publiées par le parti. Ses contributions ont varié entre 300 $ et 700 $ annuellement.Me Paradis était également présidente de l'Association libérale de Drummond jusqu'en octobre 2010. Elle s'est abstenue de commenter sa nomination. Rappelons qu'en novembre 2010, le ministre de la Justice Jean-Marc Fournier avait nommé le Maskoutain Gilles Charpentier dans les mêmes fonctions lors de la première vague de nominations qui avait suivi la Commission.Gilles Charpentier avait accédé à ce poste à peine un an après avoir contribué à la caisse du PLQ, en 2009. Il était pourtant reconnu dans le monde juridique et politique local comme ayant des tendances plutôt péquistes, avait alors affirmé l'organisateur politique du Bloc Québécois dans le comté, Bertrand Desrosiers. Selon lui, Gilles Charpentier aurait même été membre du Parti Québécois à une certaine époque.

Impliqués dans leur communauté

Détentrice d'un baccalauréat en droit de l'Université de Sherbrooke, Me Suzanne Paradis était avocate en pratique privée depuis son admission au Barreau en 1981. Elle a pratiqué tant en droit civil qu'en droit criminel et a plaidé régulièrement devant les tribunaux.

En plus de ses implications politiques, Me Paradis a toujours été très présente pour ses concitoyens et ses collègues. Elle s'est grandement impliquée auprès de la section du Barreau d'Arthabaska et dans plusieurs activités-bénéfices, notamment celles tenues au profit de la Société de la sclérose en plaques. Elle a été présidente de la Chambre de commerce et de l'industrie de Drummond en 1989 et a assuré la présidence du Cégep de Drummondville au début des années 2000. Pour sa part, Me Marc-Nicolas Foucault est détenteur d'une licence en droit de l'Université d'Ottawa. Il est membre du Barreau et avocat en pratique privée depuis 1991. Il a lui aussi partagé sa pratique entre le civil et le criminel.Me Foucault est lui aussi très impliqué dans sa communauté, à Sorel. Il est membre de plusieurs organismes communautaires, économiques et éducatifs. Au moment de sa nomination, il était avocat associé au sein de l'étude Foucault, Frappier, Trempe.Selon nos recherches, Me Foucault n'aurait contribué à aucun parti politique provincial au cours des cinq dernières années.

Enfin!

Au-delà des allégeances et des contributions politiques, les milieux juridiques et judiciaires maskoutains doivent pousser un soupir de soulagement.

La pénurie de juges au Palais de justice de Saint-Hyacinthe a mis tout le milieu à rude épreuve depuis le départ à la retraire du juge Denis Robert, au printemps 2009 et des juges Yves Morier et Guy Fortier plus tôt cet hiver. Le juge Gilles Charpentier avait été le seul magistrat nommé à Saint-Hyacinthe en 2010. Depuis, il était épaulé par des juges surnuméraires et des collègues de Longueuil.

image