Délais trop longs : la Ville presse le CSSSRY | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageSantéimage
Délais trop longs : la Ville presse le CSSSRY
6 février 2014

Programme d'adaptation de domicile
Délais trop longs : la Ville presse le CSSSRY

La Ville de Saint-Hyacinthe juge préoccupants les délais pour le traitement des dossiers relatifs au Programme d'adaptation de domicile (PAD) et demande au Centre de santé et services sociaux Richelieu-Yamaska (CSSSRY) d'augmenter ses ressources en ergothérapie.

Lors de l'assemblée municipale du 16 décembre, les élus ont adopté une résolution enjoignant au CSSSRY d'intervenir afin d'accélérer le temps de traitement des dossiers. Le conseil des maires de la MRC des Maskoutains a emboité le pas récemment en adoptant une résolution similaire.

Le PAD permet aux personnes handicapées de recevoir une aide financière pour le réaménagement de leur domicile en fonction de leur limitation physique. Pour être admissibles, les personnes intéressées doivent d'abord fournir à la municipalité un rapport d'ergothérapie démontrant que leur condition nécessite de telles améliorations. Pour le moment, 30 dossiers de PAD à travers la MRC des Maskoutains, dont 19 sur le territoire de Saint-Hyacinthe, sont en attente de la visite d'un ergothérapeute. Une situation jugée « critique et inadéquate » par le directeur du service de l'Urbanisme de la Ville, Yvan Gatien, dans un rapport daté du 12 novembre. « Actuellement, le problème est qu'il y a peu de ressources spécialisées en ergothérapie par rapport au nombre de demandes d'aide formulées », peut-on lire dans le document municipal. Au CSSSRY, on reconnait que le temps d'attente est long, jusqu'à deux ans, mais que la sécurité des patients n'est pas compromise. Toutes les demandes reçues [en ergothérapie au CLSC] sont évaluées et priorisées selon la condition clinique de la personne, l'évaluation du risque pour sa sécurité et selon sa vulnérabilité, soutient Marie-Josée Gervais, directrice des communications au CSSSRY. Mme Gervais souligne que depuis 2012, diverses améliorations ont été apportées au processus de traitement des dossiers, dont l'ajout d'un poste en ergothérapie en juin dernier. « Nous travaillons constamment à tenter de trouver des moyens de réduire nos délais d'attente, au-delà de l’ajout de ressources. »Il y a présentement sept ergothérapeutes au CLSC des Maskoutains dont les heures travaillées équivalent à quatre postes à temps complet et à un poste à quatre jours par semaine.

image