Les promoteurs maskoutains salivent | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageSantéimage
Les promoteurs maskoutains salivent
6 février 2014

Relocalisation des bureaux administratifs du CSSSRY
Les promoteurs maskoutains salivent

Les Galeries St-Hyacinthe ont actuellement tout l'espace nécessaire pour répondre aux besoins locatifs du CSSSRY.
La relocalisation des bureaux administratifs du Centre de santé et de services sociaux Richelieu-Yamaska (CSSSRY) dans l'environnement immédiat de l'Hôpital Honoré-Mercier fait saliver les promoteurs immobiliers maskoutains.

Même si la distance n'est pas le seul facteur, le CSSSRY a tout de même identifié le périmètre formé par l'autoroute 20, la rue Choquette et la rue Girouard comme étant le rayon maximal d'éloignement pour le transfert de la haute direction.

En regard à ces limites et surtout à la superficie requise - il est question de 29 000 pi. ca. - trois endroits seraient en mesure de répondre à ces exigences, a constaté LE COURRIER. Cependant, un seul de ces lieux possède actuellement les infrastructures permettant d'accueillir la centaine d'employés du CSSSRY. Bien qu'il n'était pas au courant de ce déménagement prochain, André Brochu, directeur général des Galeries St-Hyacinthe, affirme avoir l'espace nécessaire pour satisfaire le centre hospitalier. « Nous avons près de 40 000 pi. ca. de disponibles dans la tour de bureaux ainsi que 3 800 cases de stationnement. En plus d'avoir la capacité d'accueillir le personnel, nous sommes intéressés à soumissionner », assure M Brochu, dont les locaux sont déjà bâtis.

Des obstacles

Du côté de la Société d'agriculture de Saint-Hyacinthe, propriétaire des locaux du CLSC des Maskoutains, l'intérêt pour le projet est vif, mais l’entité devra contourner le manque d'espace disponible sur le site de l'Exposition agricole.

Selon Richard Robert, secrétaire général pour la Société et directeur général de l'Exposition agricole, ce n'est pas tant de devoir construire un bâtiment répondant aux exigences du CSSSRY que les places de stationnement qui sont problématiques. « La Société ne peut se permettre de nuire à ses activités en réduisant le nombre de places de stationnement disponibles durant l'Expo. Déjà qu'avec l'arrivée des trois glaces, nous avons un manque à gagner de 60 000 pi. ca. de stationnement. »Toutefois, si une entente passée avec le CSSSRY permettait à la Société d'agriculture de récupérer les stationnements réservés au personnel de direction de l'Hôpital durant la tenue de l'Expo, M. Robert assure que l'obtention de ce contrat pour combler les besoins locatifs de la direction générale l'intéresse. Du côté du troisième soumissionnaire potentiel, les chances d'arriver à bâtir une tour de bureaux d'ici décembre prochain sont plutôt minces. En effet, le Groupe Robin, gestionnaire du Projet M en bordure de l'autoroute 20, est en attente du jugement concernant la requête en nullité déposée par les Centres d'achat Beauward, propriétaire des Galeries St-Hyacinthe, contre la Ville de Saint-Hyacinthe concernant l'adoption de règlements permettant la construction d'une tour de bureaux au Projet M. « Le jugement devait être rendu au plus tard en août, mais pour le moment, nous sommes toujours sans nouvelles. Une livraison en décembre 2014 nous laisse davantage de temps, mais la superficie demandée par l'hôpital est très grande, c'est beaucoup pour ma tour de bureaux. Je vais devoir consulter l'appel d'offres avant de savoir si ce sera possible pour moi », soutient Jonathan Robin, qui a appris les détails du projet par l'entremise du COURRIER. Il a indiqué avoir un autre projet en changement de zonage ailleurs, dont l'emplacement est tenu secret, qui aurait convenu au besoin en superficie du CSSSRY, mais pas en nombre de cases de stationnement.Les soumissionnaires intéressés pourront déposer leur candidature dès le 10 février en consultant le système électronique d'appel d'offres du gouvernement du Québec.

image