Aby continue son combat pour la vie | Le Courrier
Actualités
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageActualitésimageSantéimage
Aby continue son combat pour la vie
5 juin 2014

Atteinte d'une maladie orpheline
Aby continue son combat pour la vie

Abygael Sarah Vallières, quatre ans, a subi plus de 40 opérations en raison de sa condition médicale difficile.
À quatre ans seulement, la jeune Abygael Sarah Vallières, atteinte d'une insuffisance rénale, a déjà subi plus de 40 opérations. Ses parents, qui ont dû quitter leur emploi, font appel à la générosité des Maskoutains pour supporter les frais liés aux traitements de leur fille.

Depuis sa naissance, les deux reins d'Abygael ne fonctionnent pas, ce qui l'oblige à subir une dialyse péritonéale près de 12 heures par jour. Incapable de manger, elle doit être gavée, en plus d'avoir en permanence des cathéters installés dans son corps.

La jeune fille souffre également d'une maladie neuromusculaire et d'une dégradation du foie, dont les médecins n'arrivent pas à identifier la cause. Pour assurer sa survie, Abygael doit prendre une quinzaine de médicaments dès son réveil en plus de recevoir des injections au cours de la journée.Devant cet enchevêtrement de maladies, les équipes médicales peinent à déterminer de quoi souffre exactement Abygael. « Ce serait une maladie qui aurait engendré toutes les autres, mais les médecins ne savent pas de laquelle il s'agit. Ça en fait une maladie orpheline », explique Philip Vallières, le père d'Abygael. L'impressionnante quantité de médicaments que doit ingurgiter la jeune fille chaque jour complique aussi la tâche. « Certains médicaments sont essentiels pour Aby, mais ils causent des effets secondaires et il devient difficile de distinguer ce qui est responsable de quel problème », indique M. Vallières. Devant l'ampleur des soins à prodiguer et les nombreux séjours à l'hôpital Sainte-Justine - Abygael a été hospitalisée 192 jours en 2013 -, Philip Vallières n'a pas eu d'autre choix que de quitter son emploi. Sa conjointe, Stéphanie Murphy, n'est jamais retournée au travail après la naissance d'Abygael. Il y a deux ans, le petit Noah est venu agrandir la famille Vallières-Murphy. Le couple, qui réside à Saint-Hyacinthe depuis 2005, estime avoir déboursé près de 20 000 $ en soins et médicaments pour leur fille l'an dernier, sur une facture totale frôlant les 110 000 $, en plus des frais de déplacement vers Montréal. Malgré tout, les parents refusent de baisser les bras. « Nous visons une qualité de vie pour Aby. Elle vit déjà un calvaire et nous ne voulons pas nous acharner avec des traitements pour rien. Mais en ce moment, nous continuons de nous battre parce qu'il y a encore de l'espoir », affirme avec conviction le papa. En janvier, la famille a reçu le plus beau des cadeaux de Noël : Abygael allait enfin être inscrite sur la liste de greffe d'organe, elle a besoin d'un rein fonctionnel et éventuellement, d'un nouveau foie. La jeune fille est toujours en attente d'un organe viable.

Souper-bénéfice pour Aby

Dans le but d'assurer leur survie financière, la famille d'Abygael organise un souper-bénéfice au restaurant Casa Grecque de Saint-Hyacinthe le 9 juin.

En vente au coût de 40 $, les billets donnent droit à un souper quatre services. Les fonds recueillis serviront à assumer les dépenses encourues par les parents en lien avec les opérations chirurgicales, l'hospitalisation et les médicaments. D'après Philip Vallières, l'objectif financier a été fixé à 15 000 $ et plus de la moitié des billets ont déjà trouvé preneur. Pour ceux qui aimeraient encourager la famille de la jeune fille, il est possible de faire un don en ligne via le site Internet de la fondation Abygael Sarah Vallières.

image