Un sous-traitant impayé réclame son dû | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageimage
Un sous-traitant impayé réclame son dû
22 janvier 2015

Centre communautaire Douville
Un sous-traitant impayé réclame son dû

L’entreprise Isolation Qualitech, l’un des sous-traitants ayant participé à la construction du centre communautaire Douville, affirme n’avoir jamais été payée pour ses travaux. Photo François Larivière | Le Courrier ©
L’entreprise Isolation Qualitech, l’un des sous-traitants ayant oeuvré sur le chantier du centre communautaire Douville, affirme qu’elle n’a jamais été payée pour ses travaux, ni par l’entrepreneur général, Cordev Construction, ni par la Ville de Saint-Hyacinthe. Pour cette dernière, ce dossier est toutefois clos depuis le printemps dernier.

C’est en consultant ses documents en litige, l’an dernier, que Josée Martel, propriétaire d’Isolation Qualitech, s’est aperçue qu’elle n’avait jamais reçu le paiement de 28 151 $ de la part de Cordev pour ses travaux d’isolation sur le centre communautaire de Douville.

« J’avais contacté la Ville de Saint-Hyacinthe pour les informer que je n’avais pas été payée et la personne m’avait indiqué que la Ville prenait en charge les sous-traitants dans ce dossier, mais que ça risquait d’être long en raison des recours », explique Mme Martel.

Le 4 juin 2014, Isolation Qualitech a fait suivre une mise en demeure à Cordev ainsi qu’une copie de la lettre à la Ville, laquelle est restée sans réponse dans les deux cas, jusqu’à la semaine dernière.

Dans une correspondance par courriel, le directeur des travaux publics, Yvan De Lachevrotière, a indiqué à Josée Martel que « pour la Ville, ce dossier est maintenant fermé. Toute réclamation n’ayant pas fait l’objet d’un règlement doit être adressée à l’entreprise Cordev qui était le donneur d’ouvrage à titre d’entrepreneur général ».

La réponse de M. De Lachevrotière a fait bondir la propriétaire d’Isolation Qualitech. « Vous savez comme moi que Cordev n’est pas une entité valide et qu’il m’est complètement inutile d’essayer d’avoir mon argent avec eux. Je peux vous garantir que nous n’en resterons pas là avec votre municipalité qui a fait de l’argent sur le dos de petite PME comme nous », lui a-t-elle répondu, exaspérée.

L’hiver dernier, la Ville s’était entendue avec les 22 sous-traitants lésés dans le dossier pour les dédommager à 85 % du montant qui leur était dû par Cordev.

Les autorités municipales avaient résilié le contrat de l’entrepreneur général le 30 septembre 2013 pour défaut de paiement envers plusieurs sous-traitants. La Ville s’était ensuite chargée de coordonner la fin des travaux de son centre communautaire.

Il semblerait également qu’il n’existe aucune trace d’Isolation Qualitech dans les documents de la municipalité, que ce soit une facture, un contrat ou encore un état de compte. Tous ces documents, que LE COURRIER a pu consulter, ont été transmis la semaine dernière à la Ville.

L’entreprise d’isolation, située à proximité de Trois-Rivières, ne faisait pas non plus partie des sept sous-traitants qui avaient déposé une hypothèque légale sur le centre communautaire de Douville.

Pour Josée Martel, ce n’est pas une raison suffisante pour que la Ville de Saint-Hyacinthe ne respecte pas ses obligations financières envers son entreprise. « [...] Une dénonciation de projet est une protection, non une obligation. Nous avons honoré la partie de notre contrat », a-t-elle rappelé à M. De Lachevrotière, par courriel.

Contactée par LE COURRIER, la Vitrerie Ménard, l’une des sept entreprises à avoir eu recours à l’hypothèque légale dans ce dossier, assure avoir été dédommagée par la Ville et s’estime satisfaite de la façon dont ont procédé les autorités municipales pour clore le litige.

De son côté, la Ville de Saint-Hyacinthe soutient être en communication avec Josée Martel, mais qu’elle devra d’abord prendre connaissance du dossier avant de le commenter.

D’après Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe, Isolation Qualitech serait le premier sous-traitant à se manifester pour des sommes non remboursées depuis la conclusion du dossier au printemps dernier.

image