Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageAgroalimentaireimage
Les Fantaisies du marché retirées du menu
15 mai 2014

Rendez-vous des Papilles
Les Fantaisies du marché retirées du menu

Image extraite du document de présentation des Fantaisies du marché, un spectacle multimédia dont le mandat était de quadrupler l'achalandage du Rendez-vous des papilles.
Les Fantaisies du marché, un projet artistique d'envergure qui devait apporter un second souffle aux Rendez-vous des papilles (RVP), a été relégué aux oubliettes, a appris LE COURRIER.

Les autorités municipales ont préféré jeter l'éponge avant d'aller de l'avant avec cette ambitieuse production estimée à 1,7 M$ et mise au point par le Théâtre de la Dame de Coeur (TDC). Ce montant respectait la fourchette budgétaire qui avait été déterminée par les organisateurs de ce festival gourmand.

Ce projet était initialement prévu pour permettre à la prochaine édition qui aura lieu les 20 et 21 septembre de quadrupler son nombre de visiteurs habituel. Au printemps 2012, le conseil d'administration du RVP avait confié à l'équipe du TDC le mandat de concevoir « un événement culturel à grand déploiement ». Cette production axée sur l'agroalimentaire avait comme objectif d'augmenter l'achalandage de 25 000 à 100 000 personnes. L'élaboration du concept a nécessité un investissement de 85 000 $ avant taxes. Un montant auquel la Ville a contribué à la hauteur de 42 500 $.

Spectacle multimédia

Les Fantaisies du marché se définissaient comme un spectacle multimédia.

L'idée maîtresse consistait à projeter des images sur un écran géant rétractable d'une dimension de 540 pieds de long sur huit pieds de haut installé sur les auvents du marché public.Les plans prévoyaient l'installation de 60 projecteurs accompagnés d'un système sonore « spatialisé ». Une vidéo d'une durée de 30 minutes comportant des séquences filmées avec comédiens et des effets spéciaux devait être projetée tous les jeudis, vendredis et samedis à partir de la mi-juillet jusqu'à la tenue du RVP.Finalement, les conclusions d'une étude de faisabilité commandée à la firme montréalaise DAA Stratégies au coût de 25 000 $ n'ont pas convaincu la Ville. « En termes opérationnels, cet événement sera très exigeant à opérer. La structure actuelle du RVP ne nous semble pas prête à assumer autant la fonction de développement que la fonction d'opération de ce projet. Il y a également un risque que ce projet détourne les énergies faisant en sorte que le produit du RVP se dégrade » peut-on lire en conclusion du rapport final de 23 pages, dont LE COURRIER a obtenu copie.« Ce projet est stimulant pour la région et contient beaucoup de potentiel. Il reste toutefois beaucoup de travail à peaufiner pour avoir un projet porteur et significatif », précise également le document.Interrogé sur le dossier, le maire de Saint-Hyacinthe laisse entendre de ce projet n'est plus dans le décor. « Le rapport entre l'investissement et les possibles retombées économiques locales n'était pas convainquant. Pour l'heure, ce projet n'est plus dans nos cartons », indique Claude Corbeil.Claude Marchesseault, président du conseil d'administration du Rendez-vous des papilles, croit pourtant au potentiel des Fantaisies du marché. « C'est un projet qu'il faut élargir au niveau de la capitale agroalimentaire et non le limiter aux Rendez-vous des Papilles », soutient M. Marchesseault qui occupa pendant 20 ans le fauteuil de président du conseil d'administration du TDC.« Le site du marché public est un environnement exceptionnel pour accueillir cette production phare pour promouvoir Saint-Hyacinthe », poursuit-il.Un comité de développement avait été mis sur pied pour mener une réflexion sur l'étude de faisabilité et sur la proposition du concept du TDC. Ce comité était composé entre autres de Claude Corbeil, alors président de la Chambre de commerce locale, Ray-Marc Dumoulin qui était président du conseil d’administration du RVP, de Mario de Tilly, ex-directeur général du CLD Les Maskoutains, et de Claude Marchesseault en qualité de « citoyen engagé ».

image