L'insidieux problème de la maltraitance financière chez les aînés | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
L'insidieux problème de la maltraitance financière chez les aînés
6 février 2014

L'insidieux problème de la maltraitance financière chez les aînés

Hélène Plourde et Roger Lafrance, de l'ACEF Montérégie-Est, ont présenté la brochure visant à contrer la maltraitance financière chez les aînés.
De plus en plus d'aînés se font extorquer de l'argent, souvent de façon consentante, par les membres de leur famille. Pour les aider à identifier les situations de maltraitance financière, l'Association coopérative d'économie familiale (ACEF) de la Montérégie-Est distribuera gratuitement 15 000 brochures détaillées dans neuf MRC, dont celle des Maskoutains.

Il est difficile de reconnaître et encore plus de dénoncer un cas de maltraitance financière, car il existe un lien de confiance entre l'aîné et l'agresseur, qui peut être un membre de la famille. Le problème devient alors très insidieux, prévient Hélène Plourde, conseillère volet logement pour l'ACEF Montérégie-Est.

Son collègue, Roger Lafrance, coordonnateur de l'ACEF Montérégie-Est, précise que « le plus dur est de couper ce lien de confiance, d'où l'intérêt de la brochure ». Par exemple, recourir au chantage émotionnel, faire un mauvais usage d'une procuration ou tout simplement demander à répétition des sommes à un aîné sont quelques-unes des formes que peut prendre la maltraitance financière. « C'est d'autant plus difficile de déceler ce type d'abus, car ce n'est pas écrit sur le visage des personnes qu'elles sont victimes de maltraitance financière. Mais les budgets de ces personnes, eux, parlent », explique M. Lafrance, à propos des indices qui mettent la puce à l'oreille des conseillers de l'ACEF. Ces derniers sont formés pour guider les consommateurs en matière de budget, d’endettement et de logement. Le coordonnateur rappelle que ce n'est toutefois pas le mandat de l'organisme de dénoncer cette forme d'extorsion aux autorités policières. L'ACEF joue plutôt un rôle-conseil auprès des aînés. « Si une personne ne veut pas porter plainte, le policier ne pourra pas le faire à sa place », soutient Roger Lafrance. Les travailleurs sociaux ou autres intervenants qui côtoient les aînés en difficultés financières s'avèrent cependant de précieux alliés pour entourer la personne et l'aider à rompre le lien qui l'unit à son agresseur. La brochure d'une vingtaine de pages sera distribuée sur le territoire montérégien dans les semaines à venir. On y retrouve d'excellents outils adaptés aux aînés tels que des exemples de cas vécus, des conseils de prévention et de sécurité ainsi que des références utiles. Elle a été produite à 15 000 exemplaires grâce à une subvention de 10 000 $ de la part de la Conférence régionale des élus (CRÉ) Montérégie-Est. L'ACEF Montérégie-Est offrira une conférence gratuite le 20 février sur la maltraitance financière. L'activité est ouverte au grand public et aura lieu au Carrefour des groupes populaires de Saint-Hyacinthe (1195, rue Saint-Antoine, Saint-Hyacinthe).

image