La Cour suprême entendra la cause opposant Theratchnologies à un Maskoutain | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
La Cour suprême entendra la cause opposant Theratchnologies à un Maskoutain
17 avril 2014

La Cour suprême entendra la cause opposant Theratchnologies à un Maskoutain

La cause de l'entreprise montréalaise Theratechnologies, qui conteste le recours collectif intenté contre elle par un groupe d'investisseurs mené par le Maskoutain Roger St-Germain, sera entendue par la Cour suprême du Canada.

En février 2012, la Cour supérieure du Québec a autorisé 121 851 CANADA INC (Roger St-Germain) à intenter une poursuite en dommages-intérêts contre Theratechnologies d'après la Loi sur les valeurs mobilières, mais sous la forme d'un recours collectif.

La décision a ensuite été confirmée par la Cour d'appel du Québec en juillet 2013, ce que Theratechnologies contestera finalement devant la Cour suprême. La plus haute instance judiciaire du pays se penchera sur le dossier durant la première semaine de décembre 2014. M. St-Germain détenait, en 2010, 190 000 actions de Theratechnologies, spécialisée dans la commercialisation de produits thérapeutiques.Il réclame aujourd'hui un peu plus de 390 000 $ à l'entreprise pour ne pas avoir réagi, par voie de communiqué, à un « changement important », c'est-à-dire les spéculations qui soutenaient que le produit phare de l'entreprise, la tésamoréline, pourrait augmenter les risques de diabète. Ce produit permet de traiter la lipodystrophie, soit l’excès de graisse abdominale chez les patients atteints du VIH, précise un document de cour. Les craintes, soulevées par des entreprises de cotation boursière, avaient été publiées sur le site de la Food and Drug Administration (FDA) alors que la tésamoréline était à l'étude par cette dernière.Devant l'absence de réaction de Theratechnologies, M. St-Germain a choisi de vendre ses actions, enregistrant une perte nette de 271 752 $. L'action a chuté de 58 %, puis est revenue à la normale au lendemain de l'approbation du produit par la FDA, ce que Theratechnologies a communiqué sans délai à ses actionnaires.

image