Déversement accidentel chez Veolia | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
Déversement accidentel chez Veolia
24 avril 2014

Usine de recyclage d'huiles usées
Déversement accidentel chez Veolia

Un déversement s'est produit à l'usine Veolia de Saint-Hyacinthe le 25 novembre 2013.
Ces derniers mois, la direction de l'usine Veolia de Saint-Hyacinthe a dû faire face à un déversement accidentel majeur d'huile de base recyclée (Vacuum Gas Oil), a appris LE COURRIER.

Un rapport d'enquête dont nous avons obtenu copie à la suite d'une demande d'accès à l'information auprès du ministère de l'Environnement englobant plusieurs documents, révèle qu'environ 2 000 litres de VGO avaient été déversés le 25 novembre sur une digue de béton et dans du gravier lors du chargement d'un camion-citerne.

Ce rapport précise que c'est en raison d'une vanne manuelle restée ouverte que l'huile industrielle s'est déversée sur le sol en grande quantité.

Sols contaminés

Le 4 décembre, le ministère de l'Environnement avait envoyé un courriel à Veolia pour signifier l'urgence de faire analyser les sols contaminés.

« La caractérisation des sols récupérés suite au déversement doit se faire le plus rapidement possible, selon les règles de l'art, et le gros bon sens, d'autant plus que des composés volatils pourraient se retrouver dans les sols », alerte une technicienne du service industriel du Ministère.Une personne de l'usine Veolia de Saint-Hyacinthe (dont l'identité a été caviardée par le Ministère) répond dans un courriel daté du 11 décembre que « les sols excavés récupérés ont été placés dans un contenant fermé et étanche et placés sur une surface imperméable à l'abri des intempéries ». Un rapport portant la mention « confidentiel » a été envoyé le 9 janvier à l'usine de régénération des huiles usées pour communiquer les résultats de l'analyse des sols.Ceux-ci avaient fait état d'une concentration en HP C10-C50 (Hydrocarbures pétroliers) supérieure à la valeur limite du Règlement sur l'enfouissement des sols contaminés. Un tableau joint à cette correspondante indique que cette contamination est douze fois supérieure à la limite permise par ce règlement. L'expéditeur de ce rapport (dont le nom est volontairement effacé) recommande que ces sols contaminés soient éliminés dans un centre de traitement ou un lieu d'enfouissement autorisé par le ministère de l'Environnement.Le 14 janvier, 15 mètres cubes de terre de type graveleux, sableux et argileux ont été transportés vers un centre de traitement.Selon l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) basée en France, « un litre d'huile de vidange usagée pollue durablement un mètre cube de terre chaque année ». Rappelons que pour 2000 litres d'huiles déversés, Veolia a retiré uniquement 15 mètres cubes. Le Règlement sur le stockage et les centres de transfert de sols contaminés mentionne sur ce point que « le volume des sols excavés ou stockés ne peut excéder 50 mètres cubes par lieu ».Au total, presque huit semaines se sont écoulées entre le déversement et le transfert d'une partie des sols imbibés d'huile vers un centre spécialisé dans le traitement de sols contaminés.

image