Le CLD perd 279 300 $ dans l'aventure | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
Le CLD perd 279 300 $ dans l'aventure
1 mai 2014

Faillite de la Brasserie Licorne Québec
Le CLD perd 279 300 $ dans l'aventure

La courte aventure industrielle de la Brasserie Licorne Québec à Saint-Hyacinthe a dû laisser un goût amer dans la bouche de la direction du CLD Les Maskoutains.

À titre de créancier non garanti, le CLD réclame dans le cadre de cette faillite estimée à 9,2 M$, un montant de 279 300 $ dont l'organisme public risque de ne jamais revoir la couleur.

Selon nos informations, le comité local d'investissement FLI-FLS (fonds local d'investissement et fonds local de solidarité) qui gère les fonds de capital de risques au CLD, avait consenti en 2011 une aide financière de 200 000 $ à la Brasserie Licorne Québec afin de faciliter son implantation en terre maskoutaine. L'année suivante, un second prêt fut octroyé pour un montant similaire. Le comité FLI-FLS s'est donné comme principe de ne pas dépasser la somme de 200 000 $ par projet sauf exception. Ce fut le cas en 2012 quand le Fonds FLI-FLS avait investi 500 000 $ dans le Groupe Lacasse pour permettre son acquisition par des intérêts québécois. Ce prêt serait déjà intégralement remboursé.

Mauvaises créances

Les pertes financières du CLD dans le dossier de la Brasserie Licorne Québec ont été inscrites comme mauvaises créances et apparaissent aux états financiers du CLD pour l'année 2013 nous a confirmé son porte-parole, Donovan St-Hilaire, et ce, même si l'année financière s'est terminée au 31 décembre, soit trois mois avant la faillite.

Ces pertes du Fonds FLI-FLS qui se chiffrent à 319 084 $ ont entraîné un déficit global de 60 248 $ pour le CLD en 2013. L'organisme a aussi perdu 17 000 $ dans la faillite de l'entreprise Mobiliers de l'Époque. Au CLD Les Maskoutains, on croyait beaucoup au succès futur de la Brasserie Licorne Québec. On avait décidé de dévoiler l'arrivée de Boris en Ville lors de la présentation du bilan économique annuel en mars 2011.« Nous sommes heureux d'annoncer l'installation à Saint-Hyacinthe de cette multinationale allemande. Nous remercions la direction de Karlsberg d'avoir choisi Saint-Hyacinthe et félicitons tous les partenaires impliqués dans le développement de cette entreprise », avait alors déclaré l'ex-directeur général du CLD, Mario De Tilly.Interrogée sur le dossier, la directrice générale par intérim au CLD Les Maskoutains, Nathalie Laberge, a décliné notre demande d'entrevue.

image