L'ancien abattoir d'Olymel dans la mire de la municipalité | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
L'ancien abattoir d'Olymel dans la mire de la municipalité
15 mai 2014

Saint-Valérien
L'ancien abattoir d'Olymel dans la mire de la municipalité

La municipalité de Saint-Valérien souhaite acquérir l'ancienne usine Olymel.
La municipalité de Saint-Valérien souhaite acquérir l'ancien abattoir d'Olymel situé au coeur du village pour le convertir en motel industriel destiné aux travailleurs autonomes, a appris LE COURRIER.

Le géant de la transformation alimentaire est d'ailleurs disposé à recevoir une offre pour se départir de cette usine qui a fermé ses portes en avril 2007 dans le cadre d'une restructuration de l'entreprise.

Chez Olymel, son porte-parole Richard Vigneault nous a confirmé un intérêt de la haute direction à vendre l'usine de Saint-Valérien. « Si nous recevons une offre, il est certain que nous allons la regarder », a mentionné M. Vigneault.Les installations d'Olymel à Saint-Valérien se composent d'un ancien abattoir de 18 786 mètres carrés utilisé aujourd'hui comme centre d'entreposage d'équipements et d'un second bâtiment (situé sur un autre terrain) de 13 166 mètres carrés servant à la modification et à la réparation de machinerie. Une partie administrative de l'ancien abattoir est occupée par des services d'ingénierie. L'ensemble de ces activités occupe une trentaine d'employés. « Nous disposons d'autres espaces disponibles dans le groupe pour relocaliser nos activités de Saint-Valérien », précise M. Vigneault.Interrogée sur le dossier, la mairesse de Saint-Valérien, Raymonde Plamondon nous a confirmé la volonté de la municipalité d'étudier une possible acquisition de l'ancienne usine Olymel en vue de la transformer en motel d'affaires qui pourrait accueillir des travailleurs autonomes. « Nous venons de mandater la firme d'ingénierie EXP pour évaluer la bâtisse et regarder si elle serait utilisable telle quelle ou si elle devrait être transformée », indique Mme Plamondon.

Étude

Ce projet de transformer l'ancien abattoir d'Olymel en un bâtiment industriel pouvant attirer des micro-entreprises (artisans, petits entrepreneurs et travailleurs autonomes) découle d'une étude réalisée en 2013 par la firme de consultants DAA Stratégies, dont nous avons obtenu copie.

Cette étude pose un diagnostic stratégique sur la venue de travailleurs autonomes dans les municipalités de Saint-Simon, Saint-Valérien, Saint-Marcel et Saint-Louis. Ce mandat a été donné par un comité de diversification ou siègent les maires des municipalités concernées ainsi que des représentants d'Emploi-Québec, de différents ministères, du CLD Les Maskoutains et de la MRC des Maskoutains. Le coût de cette étude d'environ 28 000 $ a été assumé à 90 % par le ministère des Affaires municipales et le restant par le CLD. Dans ce diagnostic qui présente aussi un portrait complet du travailleur autonome au Québec et au Canada, les terrains d'Olymel font l'objet d'une attention particulière.« Avec un espace de 18 786 mètres carrés pour la propriété d'Olymel, nous pourrions par exemple envisager la construction d'un motel d'affaires de 1 000 mètres carrés sur deux étages et il y aurait suffisamment d'espaces pour la construction d'une trentaine d'unités de logements », peut-on lire dans ce document de 40 pages.Sur ce point, la mairesse de Saint-Valérien se montre prudente et assure que la municipalité n'est pas rendue au point de lancer un appel d'offres auprès de promoteurs immobiliers.

Usine de Saint-Simon

L'ancienne usine de découpe de porc d'Olymel de Saint-Simon, qui a fermé ses portes en avril 2007, est également évoquée dans l'étude commandée.

« Compte tenu des possibilités encore présentes d'une relance à Saint-Simon, nous pensons qu'il faut davantage miser sur un redéploiement à Saint-Valérien, quitte à ce que ce projet de redéveloppement puisse être considéré comme projet-pilote applicable éventuellement à Saint-Simon si l'éventuelle relance était abandonnée », précise l'étude.Du côté d'Olymel on affirme qu'aucun projet de relance de l'ancienne usine de Saint-Simon n'est actuellement sur la table.

image