Un nouvel épicier au centre-ville | Le Courrier
Affaires
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageAffairesimageÉconomieimage
Un nouvel épicier au centre-ville
12 juin 2014

Un nouvel épicier au centre-ville

Le propriétaire des SuperClub Vidéotron de Saint-Hyacinthe, Ghislain St-Amand, tentera de réussir là où trois prédécesseurs ont dû tirer leur révérence avant lui. Avec sa conjointe, il ouvrira sous peu un nouveau marché d'alimentation sur la rue des Cascades, au centre-ville.

Après le marché Viand-O-Bec, la Manne et les Délices des Cascades, ce sera au tour de l'Épicier du centre-ville de se lancer dans l'aventure alimentaire à partir de juillet.

M. St-Amand et sa conjointe, Josée Déry, ont choisi de s'associer à la compagnie Métro, via la bannière de proximité Marché Ami, pour ce projet d'une superficie de 5 500 pi.ca.« Le fait d'être avec Métro me permettra d'assurer la longévité de mon commerce. La clientèle recherche des bons prix, ce que garantit la bannière. Ce ne sera pas plus cher qu'ailleurs », affirme l'homme d'affaires. Il ajoute avoir eu des « atomes crochus » avec l'entreprise dès le départ, entre autres grâce au support offert par les gestionnaires de Métro. M. St-Amand s'est fait plutôt discret en terme d'investissement, préférant ne pas dévoiler les sommes déboursées. Du côté de Métro, on évalue le projet entre 300 000 et 400 000 $. Propriétaire du bâtiment dans lequel opérait les Délices des Cascades, Ghislain St-Amand avoue avoir tiré une petite partie de sa motivation dans l'épicerie de ses anciens locataires. « Tout le monde doit s'alimenter et il y avait toujours des clients aux Délices. C'était un beau projet, c'est dommage qu'ils aient dû fermer », soutient celui qui oeuvre dans le secteur du commerce depuis une douzaine d'années. Il reconnaît aussi qu'en étant propriétaire de l'édifice, il a eu la chance d'être patient quant à l'avenir commercial de l'emplacement. L'Épicier du centre-ville proposera une gamme complète de produits d'alimentation, incluant une sélection de bières de microbrasserie, des fromages fins, de café en grains et de mets cuisinés sur place. M. St-Amand compte d'ailleurs sur l'expertise de sa conjointe, technicienne en diététique, pour la préparation alimentaire. « Le portionnement, la salubrité et la qualité des aliments relèvent vraiment de ses compétences », s'enthousiasme-t-il. Ce 87 e Marché Ami jouira également du nouveau concept de la bannière, plus axé vers les produits périssables. « C'est un concept plus urbain, plus actuel, au sein duquel on retrouve de 5 à 8 % de plus de produits frais », explique-t-on chez Métro. La clientèle qui fréquentera l'épicerie peut s'attendre à un service hors pair, promet Ghislain St-Amand. « Les relations humaines sont à la base de tout commerce. Une clientèle se bâtit un client à la fois et je suis toujours à l'écoute des besoins. » Déjà fort occupé par ses quatre franchises du SuperClub Videotron, M. St-Amand indique qu'il se concentrera davantage sur l'épicerie. « À force de travail, on finit toujours par réussir », lance-t-il en riant.

image