8 mars 2018
Après le golf, Charles St-Germain rappe pour la PHD
Par: Maxime Prévost Durand
Charles St-Germain a enregistré une chanson qu’il a lui-même écrite, « PHD Project », en compagnie de Kevin Bazinet. Photo Courtoisie

Charles St-Germain a enregistré une chanson qu’il a lui-même écrite, « PHD Project », en compagnie de Kevin Bazinet. Photo Courtoisie

Depuis qu’il est tout jeune, Charles St-Germain est un passionné de golf. Jeune autiste, il s’est épanoui à travers ce sport, montrant qu’au-delà de la différence, il y a un garçon bien normal. Au cours des derniers mois, une nouvelle passion l’a animé : le rap. Ne faisant rien à moitié, il a écrit lui-même les paroles d’une chanson, intitulée « PHD Project », qu’il a ensuite pu enregistrer en compagnie du chanteur Kevin Bazinet.

Avec cette chanson, il rend d’une certaine façon hommage à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, qu’il a fréquentée dans les dernières années. « C’est une toune que j’ai écrite parce que j’aime mon école », raconte Charles dans une rencontre avec LE COURRIER.

Celui qui a été nommé élève par excellence de l’adaptation scolaire l’an dernier avait également rédigé un livre sur son passage à l’école. « Il y a plusieurs personnes qui me demandent si c’était un projet d’école, mais non, c’est moi qui ai décidé de faire ça tout seul. Et la toune, c’est le résumé de mon livre. »

Inspiré par son idole Eminem, il a trouvé avec cet art des mots une façon d’extérioriser ses pensées et ses sentiments. « Le rap, c’est fait pour s’exprimer et j’avais besoin de passer un message », soutient-il.

Il ignorait toutefois que ses paroles prendraient réellement la forme d’une chanson aussi rapidement. Voyant l’intérêt grandissant du jeune homme pour la musique et connaissant l’école de chant dirigée par Kevin Bazinet, la Maskoutaine Nathalie Gascon, qui suit le parcours de Charles depuis plusieurs années, a initié la rencontre avec l’ancien participant de l’émission La Voix.

En seulement trois rendez-vous, la chanson « PHD Project » était déjà enregistrée. « La première fois, je lui ai montré les paroles et on a commencé à les modifier un peu. La deuxième fois, on a finalisé ma toune et, la troisième fois, on est allés chez son agente pour faire l’enregistrement », relate Charles.

Kevin Bazinet y a ajouté sa touche en chantant le refrain, une partie en anglais qu’il a composée après avoir lu les paroles de Charles. Un vidéoclip, que l’on peut retrouver sur YouTube, a même immortalisé la collaboration. Le Maskoutain de 20 ans a ensuite été invité à faire une prestation au spectacle de l’école de chant de Kevin Bazinet, à la fin janvier, à la Maison des arts de Laval.

Un hymne pour la PHD

En entrevue, Charles a évoqué le souhait que sa chanson soit en quelque sorte un hymne pour le Drakkar, nom associé aux équipes sportives de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme auquel il fait allusion dans ses paroles. Dans le vidéoclip, on le voit même porter le chandail aux couleurs du Drakkar, tout comme Kevin Bazinet.

Après avoir entendu la chanson de Charles, la directrice de l’établissement scolaire, Nancy Prévéreault, n’a pas hésité à accepter. « Ce ne sera pas un hymne seulement pour le Drakkar, mais bien pour toute la PHD, a-t-elle confié au COURRIER. Dans les rassemblements avec les élèves, à la disco de Noël et lors de la rentrée scolaire, c’est certain qu’on fera jouer la chanson de Charles. »

Mme Prévéreault s’est même déplacée à Laval pour assister au spectacle auquel Charles participait. « J’y suis allée avec son enseignante, Johanne Grondin, et on a été littéralement flabbergastées. On sait que l’intégration sociale a été plus difficile pour Charles dans son parcours et de le voir monter sur scène comme il a fait, c’était incroyable. »

Celle-ci l’a ensuite invité à présenter le vidéoclip de sa chanson lors des deux représentations de PHD en spectacle, les 22 et 23 février. Après avoir lu un texte expliquant pourquoi il a écrit « PHD Project », Charles a été chaudement acclamé par les quelque 300 personnes présentes.

En plus de ce nouvel hymne de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, une autre empreinte de Charles St-Germain restera au sein de l’école maskoutaine puisque le livre qu’il a écrit, et qui a inspiré la chanson, sera quant à lui été conservé au centre de documentation.

image