un monstre à deux têtes | Le Courrier
Chroniques
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageChroniquesimageAutomobileimage
un monstre à deux têtes
13 mars 2014

Audi RS7 2014,
un monstre à deux têtes

Il arrive parfois dans la vie d'un journaliste automobile que la conduite soit optionnelle, ou presque. Prenons le cas de la Audi RS7 2014.

Marc Bouchard

La somptueuse allemande a un look d'enfer et des promesses mécaniques à l'avenant. Mais il suffit de s'asseoir derrière le volant, de presser le bouton de démarrage du moteur, et d'appuyer avec insistance sur la pédale d'accélérateur pour ressentir un vaste frisson de plaisir.

Pas même besoin de bouger… la seule sonorité du V8 de 4,0 litres qui s'abrite sous le capot, et de l'échappement sportif, suffisent au bonheur… Évidemment, il serait un peu dommage de s'en tenir à ça!La Audi RS7 est une version très exclusive de la voiture avec un hayon. Petit détail pour les amateurs moins familiers avec la marque: sachez que les modèles de base de Audi sont dotés de l'appellation A, comme dans A7 qui a servi de base à mon véhicule d'essai. Puis, il y a les versions S, plus sportives et généralement bien suffisantes.Mais voilà qu'il arrive parfois qu'on se retrouve avec des modèles encore plus extrêmes, encore plus capables: on les nomme RS, comme dans RS7!

Un style affirmé

La Audi RS7 a du charme et du chien. Elle conserve la longue silhouette de la A7 et son hayon surélevé qui attire toujours l'admiration, et y ajoute notamment une calandre plus agressive, et des roues distinctives de 20 pouces.

À l'intérieur, on y retrouve la planche de bord typique de Audi, chargée (parfois trop) et complexe à utiliser, mais qui, une fois maitrisée, donne accès à tous les systèmes du bout du doigt. Je parle ici au sens littéral puisque pour entrer les informations, outre les traditionnelles molettes et cadrans, on peut aussi utiliser un pavé tactile qui permet d'écrire du bout du doigt les chiffres et les lettres nécessaires.Les sièges sont surenveloppants, assurant ainsi un maintien total, peu importe le dynamisme de la conduite. Même les passagers arrière disposent de suffisamment d'espace et comme c'est le cas dans tous les 2+2, bénéficient d'une console centrale pratique.

Ici nait le monstre

Mais voilà que le monstre se met en marche. Outre la sonorité inouïe du moteur (je sais, j'insiste, mais elle est exceptionnelle), c'est la puissance de l'ensemble qui impressionne.

Les 560 chevaux se déchainent avec violence, entrainant une accélération spectaculaire de 0 à 100 kilomètres à l'heure en 3,9 secondes!Pour les amateurs de statistiques, sachez que la voiture est limitée électroniquement à 280 km/h.Le raffinement provient cependant des multiples réglages. En mode confort, le Dr Jekyll propose un châssis et des suspensions qui absorbent avec aisance les hasards de la route québécoise sans rechigner. Un aller-retour en famille de Saint-Hyacinthe vers Québec nous a permis de constater l'aisance de la conduite, et a même permis à mon grand fiston de trouver ses aises sur le siège arrière. Mieux encore, cette randonnée de plus de 220 kilomètres m'a permis d'enregistrer une consommation de 9,2 litres aux 100 km. Pas mal pour une voiture de cette puissance.Il faut dire que le véhicule est doté d'un système de désactivation des cylindres qui permet, à vitesse de croisière, de diviser la puissance et la consommation nécessaire. Ce qui est toujours bienvenu, faut-il le rappeler!Puis, apparait Mr Hyde: une fois le mode dynamique choisi (notons que toutes les composantes peuvent être modifiées manuellement ou en bloc), les suspensions se raffermissent, la sonorité de l'échappement devient plus sourde, et les rapports de la boite Tiptronic 8 vitesses se rapprochent pour devenir une véritable voiture de course. La voiture enfile alors les trajectoires sans jamais semble vouloir être déstabilisée, et il m'aurait fallu une piste plus longue et une température plus chaude pour la pousser à l'extrême.Il faut cependant débourser un prix de base de 115 000 $ pour se mettre au volant de ce monstre de puissance. Forces: Puissance infinieRouage intégralTenue de route d'exceptionFaiblesses: Consommation moyenne (14 l aux 100 km)Planche de bord complexePrix des optionsFiche technique: Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©Voiture: Audi RS 7 2014Performance:  Moteur: V8 4,0 LPuissance: 560 chCouple: 516lb-ft.Transmission: Automatique à 8 rapportsEntraînement: IntégralAccélération 0-100 km/h: 3.9 secConsommation Ville (L/100km): 13.7; Autoroute (L/100km): 7.8Prix de base: 115 000 $ Prix tel qu'essayé: 140 000 $

image