Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (1) | Le Courrier
Chroniques
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageChroniquesimageAutres chroniquesimage
Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (1)
23 janvier 2014

Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (1)

Au cours des prochaines semaines, je vous propose quelques notes d’histoire sur des sports qui seront au programme des Jeux olympiques d’hiver.

Lors des Jeux olympiques de Sotchi, le patinage artistique comptera cinq disciplines qui se dérouleront du 6 au 20 février au Palais des sports de glace « Iceberg ».

Un peu d’histoire

Au départ, le patin est avant tout un moyen de déplacement. Au Québec, il apparaît comme divertissement au début du XIX e siècle. On décèle la présence des premiers patineurs lorsque les journaux d’époque rapportent les noyades de patineurs.

À Saint-Hyacinthe, à la suite d'un sauvetage de deux jeunes gens qui patinaient près du pont de la Société, le rédacteur du Courrier de Saint-Hyacinthe fait un appel à la prudence le 14 décembre 1899 : « Les amateurs du patin feront bien de ne pas s’aventurer trop tôt sur la glace, à cette saison de l’année. Le dénouement heureux de ce dernier incident ne se produit pas toujours. »À partir de la seconde moitié du XIX e siècle, on offre aux patineurs d’autres alternatives que la surface glacée du fleuve, des lacs et des rivières. Dans les centres urbains, des entrepreneurs exploitent des « patinoirs », ronds de glace, salles à patiner et ronds à patiner. On retrouve les premiers patinoirs en 1856 à Québec et en 1859 à Montréal. Saint-Hyacinthe ne fait pas exception, car le premier patinoir est aménagé au parc Dessaulles en janvier 1877.

Le patinage artistique

Au cours de cette période, on fonde des clubs de patineurs et l'on organise des courses sur glace. Mais en plus des courses, un nouveau phénomène prend forme. En effet, en 1864, l’Américain Jackson Haines, le plus grand patineur de « fantaisie » de cette époque vient faire des démonstrations de son art tiré de la danse. Peu à peu, des patineurs imitent Haine et un dénommé Lord fait des démonstrations sur les patinoires montréalaises.

Il faut noter la présence de Louis Rubenstein qui demeure la figure de proue du patinage au Canada. Cet athlète montréalais sera champion canadien de patinage artistique de 1888 à 1890 et champion américain en 1888 et 1889. En Russie, au cours du mois de février 1890, il remporte ce que l’on considère comme le premier championnat du monde de patinage artistique. Il faudra cependant attendre la création de l’International Skating Union en 1892 afin que les championnats deviennent officiels. En 1914, un organisme distinct de l’Association de patinage amateur du Canada est créé sous le nom de Division de patinage artistique de l’Association de patinage amateur du Canada. La même année, on organise à Montréal le premier championnat canadien « officiel » de patinage artistique. En 1939, la Division prend le nom de l’Association canadienne de patinage artistique. Le patinage artistique devient une discipline olympique avant même la tenue des premiers Jeux olympiques d’hiver en 1924. Le premier concours olympique de cette discipline se tient aux Jeux de Londres en 1908. Il sera de retour en 1920 aux Jeux d’Anvers et deviendra le premier sport olympique d’hiver lors de la création des Jeux en 1924.

Plus près de nous

La première mention de cette discipline dans les journaux maskoutains date du 15 janvier 1932 dans Le Clairon. À cette époque, les dirigeants de la patinoire Yamaska complètent les arrangements avec quelques « patineurs de fantaisie renommés de la province en vue de faire donner à la patinoire une exhibition de patinage artistique ».

Treize ans plus tard, cette discipline s’implante véritablement dans notre ville. À cette époque, Marcel Lalonde et Eugène Côté décident de former un club de patinage à l’hiver 1945-1946. Ainsi, le 7 mars 1946, le Club de patinage de fantaisie de Saint-Hyacinthe verra le jour. Le premier gala se déroule le 23 mars avec la participation du Montreal Figure Skating Club et des patineurs locaux. Soulignons ici la performance de Mlle Jeannine Lussier qui mérite un trophée à titre de meilleure athlète du club. Parmi les nombreux athlètes qui ont porté les couleurs du club maskoutain qui changera de nom en 1951, il faut mentionner celui d’Isabelle Brasseur qui s’est distinguée sur la scène internationale. En juin 1980, elle commence à patiner avec Pascal Courchesne sous les auspices du club local. Les deux patineurs parviennent à remporter le championnat canadien en couple junior en 1985. Deux ans plus tard, Isabelle patine avec Lloyd Eisler. Au cours de leur carrière, le couple remporte 28 médailles lors de différents championnats nationaux et internationaux. Ensemble, ils détiennent cinq championnats canadiens et cinq médailles en championnats mondiaux, dont une d’or à ceux de 1993 et deux de bronze aux Jeux olympiques de 1992 et 1994.

image