Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (2) | Le Courrier
Chroniques
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageChroniquesimageAutres chroniquesimage
Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (2)
6 février 2014

Les sports aux Jeux olympiques d’hiver (2)

Une skieuse de fond se prépare pour une randonnée sur le terrain du Club de golf Saint-Hyacinthe vers la fin des années 1970. Coll. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.
Cette semaine, je vous présente le ski de fond qui lors Jeux olympiques de Sotchi comptera six épreuves masculines et six épreuves féminines qui se dérouleront du 8 au 23 février au Complexe de ski de fond et de biathlon « Laura ».

Un peu d’histoire

Le ski de fond, alpin et acrobatique, le biathlon, les sauts, le combiné nordique et le surf des neiges sont autant de disciplines qui marquent l’évolution de la pratique du ski. Mais au départ, il y a deux planches sur lesquelles on glisse sur la neige. Le ski de fond est ainsi la plus vieille discipline du ski. D’abord utilisé de façon utilitaire, le ski est un mot norvégien, dérivé du terme « skid » qui désignait une lame de bois fendue. Le nom en traduit bien l’origine.

Au Québec, le ski apparaît en 1879. À cette époque, l’activité hivernale la plus en vogue est sans contredit la raquette. Plusieurs adeptes forment des clubs et les journaux informent leurs lecteurs des réunions, sorties, rencontres et des moindres faits et gestes des raquetteurs. En janvier 1879, le journal The Gazette rapporte qu’un certain A. Birch, un Norvégien d’origine, se déplacera de Montréal vers Québec avec des raquettes de bois, longues de neuf pieds! L’histoire du ski vient de débuter au Québec.Il est faux de croire que de nombreux adeptes suivent spontanément les traces de Birch. Au début du XX e siècle, le ski demeure un loisir pour quelques centaines de bourgeois anglophones ayant le temps et les moyens financiers de pratiquer cette activité à la mode. Néanmoins, à mesure que les années filent, les adeptes du ski ressentent le besoin de se regrouper. Ainsi, le 11 février 1904, une cinquantaine d’individus réunis dans les locaux du Montreal Amateur Athletic Asssociation fondent le Montreal Ski Club. Bien que ces messieurs adoptent les environs du Mont-Royal comme terrain de jeu, certains d’entre eux découvrent la région des Laurentides pour y pratiquer leur activité favorite. À Québec, des friands de plein air s’exécutent sur les plaines d’Abraham, si bien que le Quebec Ski Club voit le jour en 1907. Peu à peu, la pratique du ski se répand et des résidents de Shawinigan, Sherbrooke et Trois-Rivières et même de Saint-Hyacinthe se réunissent et forment leurs propres clubs. Au cours des années 1920, un passionné de ski nommé Herman Smith Johannsen que l’on connaît également sous le nom de « Jack Rabbit » vient régulièrement au Québec dans le cadre de son travail. Il profite de ses séjours pour parcourir les Laurentides. En 1928, il s’installe définitivement à Montréal et devient la référence sur tout ce qui concerne le ski. Véritable défricheur, il réalise un travail de brousse dans la forêt laurentienne, ouvrant et balisant un important réseau de sentiers de ski de fond. Mais peu à peu, les adeptes du ski délaissent les sentiers et les sauts pour envahir les pentes des montagnes québécoises. Malgré la présence de farouches adeptes de la randonnée, la plupart des skieurs optent désormais pour l’adrénaline et la vitesse du ski alpin. Il faudra le début des années 1970 pour que le ski de fond reprenne ses lettres de noblesse. D’ailleurs, l’année 1967 marque les débuts d’une grande aventure que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Marathon canadien de ski. En 1972, le ski de fond attire plus de 150 000 personnes, tandis que trois ans plus tard le nombre de fondeurs se chiffre à 450 000!

Le ski de fond à Saint-Hyacinthe

La première mention du ski de fond ou « cross-country » dans les journaux maskoutains remonte à l’hiver 1938. On y apprend que le club Maska tient sa compétition de saut en ski et de cross-country le dimanche 20 février.

Si G. Bonnenfant remporte le concours de saut avec un bond de 31 pieds, il faut souligner la victoire de Mlle Olivette Chalifoux dans la course de ski de fond de 1,6 km et celle de Martial Morin dans le 4 km. Un chalet est aménagé près du pont du Canadien National et la piste de ski de fond longe la voie ferrée du côté de Saint-Joseph. En 1940, le club est enregistré dans la Zone de ski des Cantons de l’Est. En décembre de cette même année, on fait la mention que la piste est utilisée depuis quatre ans, ce qui ramène le début de la pratique du ski de fond en 1936 dans notre ville.Bien plus tard, au cours des années 1970, l’aménagement de sentiers de ski de fond au parc Les Salines permettra à de nombreux Maskoutains d’apprivoiser les plaisirs de l’hiver. Et qui sait, un de ces jours, nous aurons peut-être un Alex Harvey qui aura fait ses premières armes aux Salines.

image