Parlons de Q et autres choses… | Le Courrier de Saint-Hyacinthe
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
Filtrer les articles

Années

  • 2016 (5)
  • 2015 (15)
  • 2014 (34)
  • 2013 (36)
  • 2012 (74)
  • 2011 (54)
AccueilBlogueLe Blogue à VanasseParlons de Q et autres choses…
7 novembre 2014

Parlons de Q et autres choses…

Dans la foulée des événements des dernières semaines, notamment l’affaire Jian Gomeshi, les révélations d’agressions sexuelles de la part de plusieurs femmes qui avaient jusque là choisi de garder le silence et la déferlante de témoignages sur les médias sociaux et invitations à dénoncer la violence, j’étais invité à l’émission BazzoTV sur les ondes de Télé-Québec à livrer un éditorial. Plusieurs personnes m’ont demandé le texte de cet éditorial, mais je ne tiens pas à le mettre en ligne car l’ironie, à la lecture, beeeeen vous savez ce que c’est… c’est pas pareil et il y a toutes sortes de nuances qui se perçoivent mieux à l’oreille qu’à l’oeil.

En bref, messieurs, mes frères, papa, fiston, Movember est une excellente occasion de s’interroger sur la santé physique de nos couilles et de ce qu’il y a autour, mais il faudra aussi s’occuper de la santé mentale des couillons qui nous entourent.

Voici donc l’édito en question et bienvenue à la discussion :

PARLONS Q – ÉDITO BazzoTV

Image de prévisualisation YouTube

 

Il y a plusieurs gars qui ont fait d’excellents commentaires à la suite de ces événements, Patrick Lagacé dans la Presse, Murphy Cooper et Jonathan Roberge à Radio-Canada vendredi matin et Renart Léveillé sur son blogue. Je vous invite à les lire ou les entendre, mais aussi à y aller de votre propre commentaire ou prise de position face à cela sur les tribunes qu vous avez ou simplement autour de vous, dans votre famille ou le vestiaire de hockey entre chums un vendredi soir. Nous tous, hommes jeunes ou vieux pouvons et devons être partie prenante de ce que nos mères, nos soeurs, nos filles et nos blondes sont en train de vivre ces temps-ci.

On se parle pas souvent entre gars, mais quand on le fait, ça fait drôlement du bien. À tout le monde.