8 février 2018
Vente avortée d’un terrain du CIAQ
Boviteq préférée à la Faculté de médecine vétérinaire
Par: Jean-Luc Lorry
Boviteq préférée à la Faculté de médecine vétérinaire

Boviteq préférée à la Faculté de médecine vétérinaire

Boviteq, un centre de recherche et de production d’embryons bovins situé sur le Grand rang Saint-François, déménagera dans les installations du CIAQ basées sur la rue Sicotte. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Boviteq, un centre de recherche et de production d’embryons bovins situé sur le Grand rang Saint-François, déménagera dans les installations du CIAQ basées sur la rue Sicotte. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Alors qu’une transaction semblait imminente entre le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ) et la Faculté de médecine vétérinaire (FMV) relativement à la vente d’une propriété de sept hectares sur la rue Sicotte, le vendeur a fait marche arrière. Le CIAQ conservera plutôt ses installations pour y loger Boviteq, une société apparentée, a appris LE COURRIER.

« Nous avons préféré faire volte-face dans le projet de vente à la Faculté de médecine vétérinaire pour pouvoir répondre aux besoins de Boviteq. Cette décision nous permettra de faire revivre les installations du CIAQ sur la rue Sicotte au grand plaisir de nos producteurs propriétaires », a confirmé Vincent Landry, directeur du marketing et des communications au CIAQ.
Boviteq est un centre de recherche et de production d’embryons bovins situé sur le Grand rang Saint-François. Cette entreprise est une division de Semex, qui se spécalise pour sa part dans la production de semence animale à l’échelle internationale.
Semex appartient conjointement au CIAQ et à deux autres centres d’insémination canadiens : Westgen en Colombie-Britannique et Eastgen en Ontario.
En juillet 2010, la direction du CIAQ avait pourtant annoncé publiquement sa volonté de vendre ses installations de Saint-Hyacinthe en raison d’une sous-utilisation des étables.
Disposant alors d’une capacité d’hébergement de 257 taureaux, les neuf bâtiments de ferme situés sur le site ne regroupaient plus qu’une cinquantaine de bovins.
La FMV avait rapidement démontré son intérêt. « L’acquisition du terrain et des bâtiments nous permettrait d’utiliser le laboratoire et les étables pour héberger des animaux d’enseignement et de recherche », avait mentionné la direction de la Faculté.
Selon nos informations, le CIAQ a annoncé à la FMV peu avant la période des Fêtes qu’il préférait aller de l’avant avec Boviteq. Un courriel envoyé récemment à l’ensemble des employés de la Faculté, et dont nous avons obtenu copie, fait état de la déception de l’institution. « Le retrait du CIAQ à la dernière minute s’explique toutefois par un besoin inattendu en espace d’hébergement animalier, pour leur partenaire immédiat Boviteq. […] Évidemment, la direction de la Faculté est déçue de ce revirement de situation, mais comprend les enjeux du CIAQ et nous continuerons nos relations d’affaires et de bon voisinage avec l’entreprise, sachant que d’autres opportunités de collaboration peuvent toujours émerger. »
Approbation du Ministère
Pourtant, les négociations allaient bon train entre les deux parties. La ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Hélène David, avait elle-même donné son aval à cette acquisition en septembre 2016.
Pour financer l’achat du terrain du CIAQ, l’Université de Montréal souhaitait même se départir de la ferme Frontenac, située au coin de la rue Frontenac et du rang Saint-Simon, à Saint-Hyacinthe.
La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, était également intervenue dans le dossier afin que cette transaction se concrétise.
« J’avais mis beaucoup de pression pour que le Ministère donne rapidement son approbation. Aujourd’hui, je peux comprendre la déception de la FMV après plus de trois ans de travail dans ce dossier », a mentionné au COURRIER la députée Soucy.
Semex possède un second site, à Sainte-Madeleine, qui regroupe des étables, des laboratoires ainsi qu’un centre de production de semences bovines.
En 2013, des travaux d’agrandissement de 2,5 M$ ont été réalisés à Sainte-Madeleine.
Pour le moment, aucun détail n’est divulgué concernant l’utilisation future du terrain et de la bâtisse de Boviteq -propriétés de Semex – en bordure du Grand rang Saint-François.

image