17 octobre 2013
District Saint-Sacrement
Brigitte Sansoucy : l’environnement d’abord
Par: Le Courrier
Brigitte Sansoucy sollicite un second mandat comme représentante du district Saint-Sacrement.

Brigitte Sansoucy sollicite un second mandat comme représentante du district Saint-Sacrement.

Les dossiers environnementaux ont tenu Brigitte Sansoucy très occupée ces quatre dernières années, et elle va y replonger si elle obtient un deuxième mandat comme représentante du district Saint-Sacrement au conseil municipal de Saint-Hyacinthe.

En plus d’être celle qui détenait le dossier « environnement » au sein du dernier conseil, elle s’est occupée de questions de même nature dans Saint-Sacrement. Comme le quartier Douville, il s’agit d’un secteur fréquemment affecté par des débordements d’égout.

« C’est le principal enjeu dans Saint-Sacrement, c’est le quotidien des gens. Il est inadmissible que des citoyens aient de l’eau dans leur sous-sol à répétition. Mais avant que le problème ne soit définitivement réglé, on en a encore pour des années et pour plusieurs millions », prévient-elle.Bien qu’elle réside dans le district Saint-Thomas-d’Aquin, Brigitte Sansoucy est très au fait de la situation dans Saint-Sacrement. Elle a oeuvré dans le quartier durant 13 ans, de 1996 à 2009, à titre de directrice générale de l’Auberge du coeur Le Baluchon, le refuge pour jeunes en difficulté qui se trouve à l’angle des rues Saint-Joseph et Duvernay. Mme Sansoucy, qui a 50 ans tout juste, est aujourd’hui conseillère en développement régional à la Direction régionale du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.Aux élections de 2009, deux anciens conseillers du district, feu Bernard Avard et Jean-Claude Patenaude lui avaient donné leur appui, et ce sont eux qui lui ont expliqué les étapes à franchir pour éliminer le problème des refoulements d’égout.« J’ai poursuivi ce qui était commencé. En 2010 par exemple, la conduite d’égout combinée de 72 pouces de la rue Bourdages Nord a été prolongée. Les gens du service du Génie savent très bien ce qu’il y a à faire dans mon district, mais je dois quand même rester vigilante. Vous le savez, ça fonctionne par priorité et il y a une dimension politique là-dedans. Il faut bien connaître les besoins du quartier pour en débattre avec nos collègues. »Parmi ses bons coups, elle souligne qu’au moment de la refonte de la carte électorale, elle a obtenu qu’un territoire compris entre le boul. Casavant et l’autoroute 20 soit détaché du district Saint-Thomas-d’Aquin et soudé à Saint-Sacrement, un découpage plus naturel qui cadre avec la desserte en services de loisirs. « J’ai beaucoup insisté pour que ça se fasse », assure-t-elle.En campagne électorale, elle préfère s’en tenir aux questions propres à son district. Cependant, à l’échelle municipale, Mme Sansoucy prépare son retour au conseil en prêchant pour une plus grande transparence de la part des élus. Elle croit que, un peu comme les séances publiques du conseil, les réunions de travail en plénière pourraient être rendues accessibles aux citoyens par la webdiffusion.

image