21 février 2019
Entre les lignes
Cachoteries : une p’tite dernière
Par: Le Courrier

En éditorial la semaine dernière, je crois avoir démontré avec facilité à quel point la Ville de Saint-Hyacinthe n’est pas tellement transparente dans la manière dont elle mène ses et surtout nos affaires. Mais en énumérant la liste des ententes secrètes qu’elle a signées dans un passé récent et sur lesquelles elle entretient le mystère, j’ai fait un oublide taille.

Bien entendu, il y a les ententes avec Beauward pour la construction du centre de congrès, avec Énergir pour la vente du biogaz de l’usine de biométhanisation, avec le Canadien National pour la construction du pont d’étagement du boulevard Casavant et l’entente de principe conclue avec Exceldor pour l’usine de 175 M$.

Mais j’avais oublié d’inclure à cette liste l’entente négociée avec le gestionnaire du centre de congrès municipal, assortie d’une caution municipale de 2,5 M$, ce qui, pour les non-initiés, est l’équivalent d’une marge de crédit. Il me semble que les Maskoutains seraient en droit d’avoir une mise à jour annuelle (c’est un minimum) du volet financier du centre de congrès, considérant qu’ils vont investir collectivement 35 M$ dans sa construction. Lors de la présentation du budget 2019, la Ville n’a pourtant présenté aucun chiffre de dépenses ou de revenus à propos du centre de congrès municipal. Comme s’il n’existait tout simplement pas et qu’il n’était pas sur son radar.

Dernièrement à une séance du conseil municipal, le jovialiste conseiller Pierre Thériault a lancé une phrase qui m’a laissé perplexe. « À la suite de l’inspection minutieuse de la liste des comptes, M. le maire nous a informés que le centre de congrès va très bien, même mieux que prévu. »

Considérant que la Ville prévoyait au moins de trois à cinq ans de déficit, je ne sais pas comment interpréter cette phrase. Les questions que j’aurais envie de poser au conseiller du district Yamaska sont celles-ci : pourquoi le maire aurait-il accès aux chiffres du centre de congrès et pas vous à titre d’élu municipal? Et pourquoi les élus auraient-ils accès aux chiffres et pas les contribuables qui paient les factures? Faut-il considérer les élus comme de simples parures ou acteurs de soutien à la direction générale?

image