Quelques changements | Le Courrier
Chroniques
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageChroniquesimageAutomobileimage
Quelques changements
28 juillet 2016

Subaru BRZ 2017
Quelques changements

Photos Marc Bouchard
(Victoria, Colombie-Britannique) Parfois, les petits changements sont les meilleurs. Quand une compagnie comme Subaru décide d’effectuer un changement sur une voiture, elle le fait en profondeur. Même si, au premier coup d’oeil, les changements sont loin d’être évidents. C’est exactement ce qui s’est produit avec la Subaru BRZ, la petite sportive, et la seule sans rouage intégral, de la famille japonaise.

La Subaru BRZ s’est toujours distinguée par son look incroyable, par sa prestance et par sa tenue de route. Malheureusement, on doit aussi ajouter au nombre des qualificatifs de la voiture, le manque de puissance (relatif, mais important pour une sportive) et le manque de couple. Or, on espérait que ces derniers éléments feraient l’objet de la plus grande révision.

Détrompez-vous! D’une part, si vous rêvez d’une BRZ dotée du moteur turbo de la STI, par exemple, ne rêvez plus, elle ne fait absolument pas partie des plans comme nous l’ont souligné à grand renfort d’insistance les représentants de Subaru Canada.

D’autre part, quand on regarde les nombreux changements apportés à la motorisation, on pourrait croire que la nouvelle mouture de la BRZ a réglé ses problèmes de puissance. Pas vraiment, puisque les changements apportés à la motorisation ont réussi tout au plus à améliorer la puissance de 5 chevaux (passant maintenant à 205) et 5 livres-pied de couple (pour un total de 158).

Ce n’est pas faute d’avoir remanié la mécanique pourtant puisqu’on a repensé à tout : une amélioration de la circulation d’air, qui permet notamment d’obtenir une courbe de puissance plus plate et atteinte à un plus bas régime. Pour y parvenir, on a redessiné partiellement l’entrée d’air, dessiné un nouveau collecteur tout aluminium, amélioré les conduits et le collecteur d’échappement, repensé la finition de certaines composantes comme l’arbre à cames, rendu le bloc cylindre plus rigide et rehaussé la pompe à essence et les capteurs, tout cela, pour gagner quelques chevaux et un peu d’économie de carburant.

Ajoutez à cela un nouveau ratio final sur la boite de vitesse à 6 rapports manuelle (la version 6 vitesses automatique demeure inchangée), et vous aurez une bonne idée de l’imposant exercice d’ingénierie auquel s’est astreint Subaru pour améliorer la motorisation de sa sportive BRZ, la seule voiture de la famille à ne pas offrir la traction intégrale. L’ajout d’un mode de conduite Piste rend aussi la voiture plus sportive en modifiant la réponse des systèmes embarqués.

En fait, on a amélioré davantage ce qui était déjà une grande qualité de la BRZ, et qui est encore meilleure : la tenue de route. Pour y parvenir, on a renouvelé les suspensions, amélioré la rigidité des ressorts et resserré la quasi-totalité des composantes, incluant le moindre support, pour offrir une tenue de route plus directe.

Un peu de conduite

Pour mettre à l’épreuve cette BRZ renouvelée (on a aussi amélioré un peu l’habitacle, installé un nouveau volant et créé un nouvel écran d’affichage de performance sur les versions Sport tech), on nous avait planifié une randonnée, rien de moins que spectaculaire.

Partis de l’aéroport de Nanaimo, nous avons roulé en direction ouest vers la spectaculaire région de Ucluelet avant de revenir à Victoria pour tester la voiture sur la piste du tout nouveau circuit de la région. Des routes sinueuses, montagneuses, recouvertes d’un tapis d’asphalte nouvellement créé nous ont donc accueillis tout au long de notre séjour.

La direction de la voiture, tant sur la piste que sur la route, s’est avérée d’une précision spectaculaire. Les suspensions empêchant tout roulis, même moi j’ai presque eu l’air d’un véritable pilote quand je me suis élancé à l’assaut d’un très technique circuit de 19 virages et de 55 mètres de dénivelé. La Subaru BRZ est d’une telle stabilité qu’elle a tout pour me mettre en confiance.

Mais (et lisez ici mon hésitation…), toute cette qualité de direction ne corrige cependant pas le manque de couple, et il faut jouer de la transmission (heureusement, manuelle 6 vitesses et fort agréable sur notre modèle d’essai), pour en tirer le maximum et effectuer un dépassement sécuritaire au risque de se retrouver durant de longues heures derrière un des multiples véhicules récréatifs qui sillonnent la route.

Pour environ 30 000 $, la Subaru BRZ est une voiture agréable, qui se conduit comme un go-kart et qui, sur la route, vous fournira plaisir et assurance. Oui, le manque de couple vous fera parfois rager, mais cela sera largement compensé par les dizaines de regards admiratifs qui se tourneront vers vous.

image