La symbiose de deux auteurs sur papier avec <em>La Grande Sortie</em> | Le Courrier
Culture
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageCultureimageArtsimage
La symbiose de deux auteurs sur papier avec La Grande Sortie
23 janvier 2014

Au Théâtre du Rideau Vert
La symbiose de deux auteurs sur papier avec La Grande Sortie

À compter du 28 janvier, le Théâtre du Rideau Vert sera l'hôte de La Grande Sortie, une pièce écrite par le Maskoutain Jonathan Racine et Mélanie Maynard, tous deux diplômé de l'École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe.

On se retrouve chez la famille Brouillette au début des années 80, une famille de la classe ouvrière où la communication était déficiente et où le non-dit apportait une certaine douleur aux membres de la famille. Marthe, la mère, interprétée par Suzanne Garceau, n'a plus que quelques mois à vivre et passe tout son temps devant la télévision. Ses enfants se réunissent dans la maison familiale et lui remémorent les moments marquants de sa vie et c'est ainsi qu'ils retrouvent l'essence de ce qui les unit.

« La Grande Sortie va dire aux gens ce qu'ils veulent bien entendre, c'est universel, a commenté Mélanie Maynard. Ce qui m'interpelle dans ça, c'est qu'il s'agit de mon univers familial, tout comme celui de Jonathan. On vient tous les deux de petits villages où le non-dit dans les familles était tellement présent et on a toujours été touchés par ce qui se passait dans les maisons à l'époque. »Cette pièce représente une véritable mission accomplie pour Jonathan Racine, alors que sa production sera présentée au Rideau Vert. Un projet qui ne serait probablement jamais venu à terme sans la présence de son amie comédienne, qui se dévoile d'ailleurs en tant qu'auteure à travers les textes de la pièce.«Mélanie et moi sommes des âmes soeurs professionnelles. On s'est rendu compte que ça cliquait à l'école et on ne s'est jamais lâchés par la suite. J'ai besoin d'elle pour créer, parce qu'il n'y a qu'elle qui puisse compléter et concrétiser ce que j'ai en tête. Le côté dramatique dans la pièce, je le ressentais, mais je n'arrivais pas à rendre ça drôle. Mélanie est arrivée à mon secours, et nous voilà maintenant rendus au Rideau Vert. »

De la scène à l'écran

La Grande Sortie, comme toutes les pièces mises en scène par Jonathan Racine, présente beaucoup de signes cinématographiques sur scène. Un procédé inhabituel pour le théâtre, mais qui était tout naturel pour l'auteur.

Réalisateur dans l'âme, la musique et l'éclairage lui auront permis de rapprocher les comédiens vers le public. On retrouve même un générique d'ouverture, « assez pour se croire au cinéma plutôt qu'au théâtre et réconcilier les gens avec cette discipline artistique », a déclaré Mélanie Maynard.« J'ai un rythme très réalisateur dans ma tête, alors je pense qu'à la base, je suis davantage fait pour le cinéma, a dévoilé le Maskoutain. Au moment de monter la pièce, j'avais la frustration de ne pas avoir une caméra dans les mains. J'aurais voulu faire le « close up » au moment où j'aurais voulu le faire, ce que le théâtre ne permet pas. J'opte alors pour une technique qui appuie beaucoup mon comédien pour ainsi faire sentir le gros plan au spectateur. »Une idée de film pour compléter le projet de théâtre est en train de se forger dans la tête du metteur en scène, mais cette fois-ci, le scénario serait quelque peu modifié, plus dramatique et plus lourd, que ce qui est présenté au Rideau Vert. En d'autres mots, il confirme que l'idée qu'il a en tête n'a rien à voir avec la pièce.La Grande Sortie, mettant en vedette Suzanne Garceau, Sonia Vachon, Sébastien Gauthier et Mélanie St-Laurent, sera présentée au Théâtre du Rideau Vert du 28 janvier au 22 février. Pour vous procurez des billets, consultez le http://www.rideauvert.qc.ca">www.rideauvert.qc.ca

image