Étienne Dano donne dans l'excès! | Le Courrier
Culture
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageCultureimageArtsimage
Étienne Dano donne dans l'excès!
15 mai 2014

Étienne Dano donne dans l'excès!

L'humoriste Étienne Dano roule sa bosse et accumule les projets depuis un moment déjà. C'est avec passion qu'il présente son premier <em>one man show</em> un peu partout à travers la province.
L'humoriste Étienne Dano le dit lui-même, il est quelqu'un d'excessif, mais par-dessus tout de passionné. C'est sa passion pour l'humour qui l'a poussé à faire son chemin dans ce métier. D'abord dans les bars de Montréal et finalement en signant un contrat avec Evenko pour la mise en place de son premier spectacle solo Excessif, en tournée depuis le mois de mars. Il sera de passage au Centre des arts Juliette-Lassonde le 23 mai à 20 h 30.

Celui qui a emprunté l'école des soirées d'humour dans les bars de Montréal pour faire son apprentissage est aujourd'hui parti pour faire son petit bonhomme de chemin. Alors qu'on peut aujourd'hui l'entendre à la radio le matin dans l'émission Debout les comiques, Dano tient depuis le début à ce qu'on le considère comme un humoriste d'abord et avant tout.

« Ce qui m'allume le plus dans la vie, c'est de faire de la scène, lance-t-il en entrevue au COURRIER. Mon but, ce n'est pas de devenir un millionnaire de l'humour, mais c'est qu'il y ait plus de gens qui viennent voir mes spectacles. Je fais de l'humour par passion contrairement à d'autres pour qui c'est avant tout une business. »Après avoir essuyé deux refus à l'École nationale de l'humour, l'humoriste de 34 ans ne s'est pas laissé abattre. En pensant à Patrick Groulx ou Réal Béland qui, eux non plus, ne sont pas passés par là, Dano s'est retroussé les manches pour arriver à ses fins.« À cette époque, je me disais que s’ils ont réussi sans faire l'école nationale, alors je suis aussi capable qu’eux. Le seul regret que j'ai par rapport à ça, c'est que l'école m'aurait peut-être donné une plus grande discipline et fait gravir les échelons plus rapidement. »Si Étienne Dano est excessif dans tout ce qu'il fait, il le livre à sa façon. Tantôt en parlant du fait qu'il ait vécu l'évolution des jeux vidéos, tantôt de sa relation avec les râpes à fromage ou encore du jour où il a commencé à pêcher. L'humoriste y va avec un bon lot d'anecdotes à faire rire ou qui portent à réflexion quand il aborde son passé de joueur compulsif. « Ce n'est pas un numéro triste, c'est un numéro vrai, rassure Dano. J'ai voulu écrire quelque chose qui punch, qui dépasse ce tabou bien présent au Québec. En tant que jeune humoriste, il y a des adultes peuvent s'identifier à ce que j'ai vécu et si ça peut aider des gens à s'en sortir, tant mieux. Le numéro n'a pas été écrit pour faire pleurer, parce qu'après tout, je raconte mon témoignage d'ancien gambler en riant de moi-même! C'est une histoire qui se termine bien parce que ça fait trois ans que je ne joue plus. »« Mon problème de jeu est venu du fait que quand j'embarque dans quelque chose, j'y vais dans l'extrême justement. Ma relation avec les râpes à fromage dégénère complètement dans le spectacle parce qu'un humoriste normal aurait fait un ou deux gags sur le fait que c'est difficile à laver. Moi, je commence par dire que c'est difficile à laver et je finis six minutes plus tard en me disant que peut-être que dans un film d'horreur un gars pourrait te tuer avec ça », a-t-il raconté en riant.L'humoriste tentera de conquérir le public maskoutain avec son charisme le vendredi 23 mai à Saint-Hyacinthe. Des billets sont toujours disponibles via la billetterie du Centre des arts au 450 778-3388 ou sur internet au http://www.centredesarts.ca.">www.centredesarts.ca.

image