L'éveil des sens avec <em>Ceci n'est pas une machine</em> | Le Courrier
Culture
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageCultureimageArtsimage
L'éveil des sens avec Ceci n'est pas une machine
28 mai 2014

Exposition à EXPRESSION
L'éveil des sens avec Ceci n'est pas une machine

Jean-Pierre Gauthier réalise des oeuvres sonores qui offrent des expériences immersives à ses visiteurs.
Jean-Pierre Gauthier est installé au Centre d'exposition EXPRESSION depuis le 24 mai et y sera jusqu'au 27 juillet avec sa toute dernière réalisation, l'Orchestre à géométrie variable, et quatre autres de ses oeuvres qui créent le parcours sonore de Ceci n'est pas une machine.

L'artiste de renommée internationale est présent sur la scène de l'art contemporain depuis plus de 20 ans. Ses oeuvres qui allient structures métalliques, réseaux électroniques, éléments en bois et instruments de musique ont été réalisées avec minutie et logique : tout est pensé. Jean-Pierre Gauthier « contrôle l'incontrôlable, une permission possible uniquement avec l'art ».

« Quand on entre pour visiter l'exposition, il faut aller où le son nous attire, explique l'artiste. Les systèmes sont déclenchés par des détecteurs de mouvements et sont ensuite régis par une boîte qui contrôle les morceaux qui seront joués. »L'exposition comporte cinq oeuvres composées, soit des installations cinétiques et sonores réalisées dans les quatre dernières années. Quand on questionne l'artiste sur sa démarche, il affirme voir ses réalisations comme étant différentes des installations sonores habituelles.« Dans les dernières années de production, je n'ai pas vraiment eu une démarche linéaire. Si à mes débuts j'oeuvrais dans un univers un peu plus bricoleur et patenteux, maintenant je vois davantage mon travail comme celui d'un ingénieur. C'est un désordre structuré où l'on retrouve de la musicalité dans l'aléatoire. Pour moi, l'art est une constante mise en scène. »

Compositions

Orchestre à géométrie variable propose huit compositions réalisées par le son d'un archet sur un fil métallique ou encore un bateau qui frappe une cymbale. Tout est programmé par le biais de microcontrôleurs, qui permettent même de faire jouer la série Hypoxia en symphonie avec Asservissement dans deux pièces différentes.

Actuellement, l'exposition regroupe 16 possibilités de programmation et dans quelque temps, l'artiste créera d'autres compositions pour élargir le potentiel musical de ses systèmes.« Je transforme les bruits en sons et mes structures sont en fait des dessins dans l'espace. Mon art sollicite la science, les mathématiques, l'électronique et un tas d'autres notions. Je m'inspire de techniciens avec qui j'ai travaillé, autant que de la musique que j'écoute et même de la nature. C'est fascinant à regarder et à entendre! », a-t-il ajouté.Ceci n'est pas une machine sera présentée jusqu'au 27 juillet au Centre d'exposition EXPRESSION.

image