Le jeu de l’imitation : le prix de l’excellence | Le Courrier
Culture
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageCultureimageimage
Le jeu de l’imitation : le prix de l’excellence
15 janvier 2015

Le jeu de l’imitation : le prix de l’excellence

Keira Knightley, Mark Strong et Benedict Cumberbatch se donnent la réplique dans Le jeu de l’imitation, sorti en salle le 9 janvier.
Alan Turing, ce mathématicien surdoué du XXe siècle et héros méconnu à ­l’origine d’une machine servant à ­décrypter un inviolable code radio des nazis, fut confronté au plus grand casse-tête de sa vie.

Le drame biographique Le jeu de ­l’imitation met en lumière le destin ­ombragé d’un homme surdoué pour qui les codes et les mots croisés n’ont aucun secret. Ce n’est que 60 ans après sa mort que sa participation à la chute de ­l’Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale fut divulguée.

En 1940, les forces hitlériennes ont fait main basse sur une grande partie de ­l’Europe. Alan Turing (Benedict ­Cumberbatch) est embauché par l’armée britannique pour intégrer une brigade chargée de trouver le code radio des ­nazis, Énigma, et gagner la guerre. Une femme, Joan Clarke (Keira Knightley), victime de discrimination dans un monde où seuls les hommes sont ­privilégiés, fera sa place parmi les génies.

Une course contre la montre ­s’enclenche et le sens du sacrifice ­s’impose. Le jeu de l’imitation a un prix. Celui des vies perdues et sacrifiées ­pendant la guerre. Que ce soit les ­innocentes victimes, les soldats qui se sont battus ou même Turing dont les ­accomplissements furent relégués aux oubliettes.

Inspiré du livre d’Andrew Hodges, Le jeu de l’imitation présente ses forces et ses ­faiblesses. À commencer par la ­réalisation sans grande originalité de Morten Tyldum qui est tout de même un mal pour un bien puisqu’elle s’efface ­devant le scénario, combien complexe étant donné les termes scientifiques, de Graham Moore qui lui a d’ailleurs valu l’une des cinq nominations du film aux Golden Globes, dont celle du Meilleur film.À noter également la performance de Benedict Cumberbatch (

À noter également la performance de Benedict Cumberbatch (Sherlock). Le rôle de surdoué persécuté aux faibles ­capacités sociales lui colle merveilleusement bien à la peau et contribue sans contredit au succès du film. Il est ­d’ailleurs pressenti pour se classer en lice dans la catégorie Meilleur acteur aux ­Oscars 2015.

Le jeu de l’imitation est un film captivant avec une bonne intrigue et une histoire de fond aux dimensions humaines. Il est susceptible de plaire à un large public et pourrait bien, selon les prédictions, se tailler une place parmi les favoris aux ­Oscars.

image