Culture
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageCultureimageimage
Un bon départ pour Rosalie Vaillancourt
7 janvier 2016

Un bon départ pour Rosalie Vaillancourt

Un bon départ pour Rosalie Vaillancourt
La Maskoutaine Rosalie Vaillancourt a remporté le prix du Nouveau visage de l’humour au Gala de la relève en humour.
Rosalie Vaillancourt, Maskoutaine ­d’origine, a récemment gradué de l’École nationale de l’humour. Après s’être ­illustrée par le biais de sa série web, à l’émission CTRL, au Zoofest et plus ­encore, Rosalie a remporté le prix du Nouveau visage de l’humour au Gala de la relève en humour en octobre dernier.

La traditionnelle tournée des finissants de l’École nationale de l’humour a été ­significative pour la jeune humoriste. « C’était plutôt difficile comme spectacle puisque nous étions onze. Nous avions aussi un thème qui demandait de gros ­décors et beaucoup d’organisation. C’est déjà ardu de monter un one-man-show, alors imaginez un spectacle pour onze. Par contre, c’est ce que j’ai préféré parmi tout ce que j’ai vécu à l’École nationale de l’humour. La tournée nous a fait découvrir le Québec et pas seulement les villes se trouvant en périphérie de Montréal », précise Rosalie Vaillancourt.

Malgré sa récente graduation, Rosalie Vaillancourt a su se démarquer dans ­plusieurs projets. On peut dire qu’elle a saisi la balle au bond. En plus de la ­tournée, elle a piloté sa première série web, avec l’aide de FishNet TV, en avril. La série éponyme donne des astuces pour se faire laisser par son copain. ­Rosalie met donc en scène les choses les plus affreuses pour que son copain la quitte. Une deuxième saison est ­officiellement prévue, mais sa sortie reste une surprise.

Depuis le mois d’août, elle anime également l’émission CTRL diffusée sur les ondes de MusiquePlus. L’émission ­présente, entre autres, les vidéos incontournables d’Internet. C’est avec ses ­coanimateurs, Gabriel Joncas et Camille ­Piché-Jetté, qu’elle met en scène des capsules humoristiques tout en commentant les ­vidéos présentées au cours de l’émission.

« CTRL, c’est tout un défi pour moi. J’avais déjà fait mes premières armes en participant à la web-série Le monde selon Thomas. Par contre pour CTRL, je dois faire quatre heures d’écriture par ­semaine, et ce, en une seule journée. L’émission est diffusée du lundi au jeudi, ça prend donc beaucoup de matériel. On reçoit tous les vidéos et on doit écrire des blagues sur chacun. Puis, une ­sélection est faite à la dernière minute. C’est une belle expérience de travail », ­explique-t-elle.

Cet été, la jeune humoriste a présenté son tout premier spectacle intitulé New Girls, pour une durée de neuf ­représentations, au Zoofest (festival ­montréalais multidisciplinaire promouvant les artistes émergents). Rosalie ­invitait les spectateurs à venir à son ­pyjama-party offert en collaboration avec Ève Côté, Carole Belliveau et Maude ­Landry. « Comme d’hab, il va y avoir du stand-up avec mes amies, de la musique, des sketchs, de la vidéo et ma mère ­qui nous demande si on veut boire de ­l’Orangina. Nous célébrons la culture ­féminine sous tous ses angles, de Simone De Beauvoir à Anna Faris. » C’est ainsi que la jeune femme décrivait son spectacle cet été.

L’année 2016 ne sera pas de tout repos non plus. Plusieurs projets sont déjà en branle. « Je suis en attente de réponse pour le retour de l’émission CTRL. Sinon, je me prépare pour le prochain Zoofest. Cette année, je serai seule sur scène durant une heure. Je n’ai jamais fait un aussi long ­spectacle. C’est très stimulant. Je vais ­beaucoup parler de Saint-Hyacinthe. C’est ma ville et elle m’inspire (rires). Sinon je continue mon rodage dans les bars. Je dois faire environ deux, trois bars par semaine. J’y présente toujours environ 15 minutes de matériel. Aussi, la deuxième saison de Rosalie va sortir en 2016. Je travaille ­également sur une nouvelle série. Bref, ça va très bien », conclut-elle.

image