26 octobre 2017
Les Municipales 2017
Débattons un peu
Par: Martin Bourassa

Non, je ne suis pas tombé en bas de ma chaise en apprenant que la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe avait dû se résoudre à annuler son traditionnel débat des candidats à la mairie de Saint-Hyacinthe, faute d’engouement.

J’écris traditionnel, car il est disons habituel et attendu de voir notre Chambre tenir des débats entre candidats lors d’élections municipales, provinciales ou fédérales. Je cherche encore la trace des publicités moussant l’événement par contre. À part des envois ciblés par courriel aux membres en règle et une annonce sur son site Internet, on ne peut pas dire que nous avons été sollicités comme jamais. L’annulation du débat est peut-être davantage un signe de la désorganisation et de la fragilité financière de la Chambre de commerce que l’illustration du peu d’intérêt du milieu des affaires local face à la course qui oppose le maire Claude Corbeil à Chantal Goulet.
On dira que cette clientèle était gagnée d’avance à la cause du maire sortant et que ce dernier n’avait pas grand-chose à gagner à échanger avec Mme Goulet sur les enjeux économiques de l’heure. C’est vrai, il avait davantage à perdre qu’à gagner. Surtout dans un débat sur le projet Réseau Sélection qui semble prendre l’eau de tout bord tout côté au fur et à mesure que les élections approchent. Des élus autrefois gagnés à la construction d’une résidence pour personnes âgées de 15 étages au centre-ville changent aujourd’hui leur fusil d’épaule. Même le vénérable Bernard Barré dit voir venir un désistement annoncé du promoteur indésiré. Si la tendance se maintient, nous sommes aussi d’avis que les jours de ce projet sont comptés et que Réseau Sélection pourrait annoncer qu’il ira se faire voir ailleurs dès les élections passées. Avec l’émergence du Complexe Le Saphir et du Faubourg Laframboise, qui jouent sensiblement dans les mêmes talles du locatif de luxe, le terrain de jeu est occupé. En immobilier plus qu’ailleurs, tout est une question de timing. Et à ce niveau, il commence à se faire tard pour Réseau Sélection. Sa fenêtre se referme plus rapidement que les embûches disparaissent sur son chemin. Comme le Canadien!
Mais revenons au débat avorté de la Chambre. Même si on avait eu la très mauvaise idée de fournir les questions à l’avance aux candidats, en se montrant même ouvert à en modifier certaines au besoin, il aurait été bon d’entendre nos deux candidats s’exprimer, argumenter, se relancer, bref débattre. Comme je l’ai écrit la semaine dernière, ils ont des idées diamétralement opposées sur à peu près tout. Mme Goulet est aussi capable de tenir son bout. Parions qu’elle aurait forcé le maire à se commettre et à pédaler sur deux ou trois dossiers sensibles.
À défaut de débat organisé, je vous invite à vous rabattre sur la deuxième partie du débat éditorial du COURRIER, publié en page 20. C’est de loin la meilleure tribune en ville pour se faire une idée en vue du 5 novembre.

image