21 février 2019
Sainte-Madeleine et Sainte-Marie-Madeleine :
Derniers budgets avant la fusion?
Par: Benoît Lapierre

L’adoption des budgets 2019 des municipalités du Village de Sainte-Madeleine et de la Paroisse de Sainte-Marie-Madeleine pourrait marquer la fin d’une époque qui a commencé en 1919, lorsque le noyau villageois s’est détaché de la Paroisse – érigée en municipalité en 1877 – pour former une nouvelle municipalité.

Cent ans plus tard, c’est de la réunification des deux entités dont on discute sur ce territoire. « Nous avons promis d’évaluer avec le Village et le Ministère [des Affaires municipales et de l’Habitation] l’opportunité d’une fusion de nos deux municipalités. Le travail sera bientôt complété à la satisfaction des deux conseils. L’étude sera déposée prochainement et rendue publique […]. Aucune décision ne sera prise sans une consultation publique [référendum] », souligne le maire de la Paroisse, Gilles Carpentier, dans sa présentation du budget.

Taxe agricole

Sainte-Marie-Madeleine est devenue la sixième municipalité de la MRC des Maskoutains à se doter d’une taxe foncière spéciale pour les immeubles agricoles; elle en a fixé le taux à 40 cents du 100 $ d’évaluation. Cette décision du conseil fait suite au dépôt d’un nouveau rôle triennal d’évaluation foncière dans lequel la valeur des propriétés agricoles a crû de 48 %. Auparavant, les agriculteurs étaient assujettis à la taxe foncière générale, dont le taux demeurera de 56 cents en 2019.

Comme la valeur de l’ensemble des résidences unifamiliales a augmenté de 2,31 % (valeur moyenne des propriétés : 285 698 $), la taxe foncière grimpe dans la même proportion. Les taxes foncières sur les immeubles non résidentiels (1,01 $) et les terrains vacants desservis (1,12 $) restent aux mêmes taux qu’en 2018.

Pour les taxes de services, les tarifs demeurent ceux de 2018 : 155 $ pour la gestion des matières résiduelles, 215 $ par unité pour le service d’aqueduc de base et 2,60 $ par 1000 gallons d’eau supplémentaire, de même que 100 $ pour l’assainissement des eaux, plus 28 $ par unité desservie pour les immobilisations.

Le budget 2019 de la Paroisse se chiffre à 3 885 000 $, en hausse de 330 000 $ par rapport au précédent. Des investissements de 296 000 $ en immobilisations sont prévus en 2019, dont une participation de 225 000 $ dans l’achat d’un dégrilleur pour la station d’épuration de Sainte-Madeleine, dépense qui pourrait être comblée à 80 % par le biais du Programme de la taxe sur l’essence et de la participation du Québec.

Sainte-Madeleine

Au Village de Sainte-Madeleine, c’est un budget de 3 122 014 $ qui a été déposé pour 2019, en hausse de 330 4035$ par rapport à celui de 2018 (+11,8 %). Là aussi, les prévisions budgétaires ont été préparées sur la base d’un nouveau rôle d’évaluation qui affiche une hausse moyenne de 5,8 % des valeurs inscrites. Pour les propriétés agricoles, l’augmentation moyenne est de l’ordre de 41 %, comparativement à 3,7 % dans le secteur résidentiel, où la valeur moyenne des propriétés atteint maintenant 248 793 $.

Dans ce contexte, le conseil municipal a abaissé le taux de la taxe foncière générale de 76,80 à 74,68 cents du 100 $ d’évaluation (-2,76 %), taux qui s’applique aussi au secteur agricole. Quant aux taux combinés de cinq taxes spéciales reliées à l’aqueduc (immeubles desservis seulement), à des travaux réalisés à l’hôtel de ville et dans les rues Sainte-Anne, Saint-Simon et Saint-Jean-Baptiste, il passe de 4,68 à 5,28 cents par 100 $ d’évaluation.

La compensation pour le service d’aqueduc grimpe de 80 $ à 133 $ par unité d’occupation, mais le tarif sur la consommation d’eau diminue de 44,44 à 39,60 cents du m3. Quant à la compensation de base pour le réseau d’égout (570 m3 de consommation d’eau), elle diminue de 100 $ à 98 $. Enfin, pour la gestion des matières résiduelles, le coût total par unité d’occupation est diminué de 142 $ à 125 $.

L’ensemble des dépenses prévues en 2019 au programme triennal d’immobilisations se chiffre à 570 899 $, dont 78 655 $ pour l’aménagement du Parc du Centenaire et 208 572 $ pour l’acquisition du dégrilleur de la station d’épuration, un projet conjoint avec Sainte-Marie-Madeleine.

image