Projet de reboisement à Saint-Simon | Le Courrier
Divers
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageDiversimageHabitationimage
Projet de reboisement à Saint-Simon
15 mai 2014

Projet de reboisement à Saint-Simon

Le maire de Saint-Simon Normand Corbeil (à gauche de la photo) pose fièrement avec les trois employés des Services Forestiers Des Arbres Blancs.

Pour permettre le passage du Pipeline Saint-Laurent, un déboisement de l’ordre de 4,16 hectares a dû avoir lieu sur le territoire de la Municipalité de Saint-Simon. Afin d’atténuer l’impact environnemental de ce déboisement, la Municipalité de Saint-Simon a entrepris la mise en oeuvre d’un projet de reboisement compensatoire sur son territoire. Ce projet a pour but de répondre en partie à la condition 2 – Volet reboisement des décrets 1096-2009 et 207-2010 émis dans le cadre du projet Pipeline Saint-Laurent.

Les terrains visés par le projet de reboisement d’Ultramar font partie d’une demande de reboisement présentée au MDDEFP (ancienne appellation du Ministère de l’Environnement) en 2003 par l’Agence forestière de la Montérégie. Le projet de reboisement est situé sur des terrains qui ne sont ni agricoles, ni résidentiels et de par leur configuration trop accidentés pour les rendre aptes à l’agriculture. Le ruisseau La Cavée est un affluent de la rivière Yamaska d’une longueur d’environ 3,8 kilomètres. Il est bordé de terres agricoles et d’un petit boisé à l’embouchure de la rivière. Les versants et les berges du ruisseau couvrent environ 25 hectares composés de friche forestière et d’anciens pacages pour animaux où il est presque impossible pour la régénération forestière naturelle de s’implanter, dû à la forte compaction du sol. Le projet vise le reboisement d’une portion des anciens pacages. Autant ce projet de reboisement que celui fait en 2003, ont été pilotés directement par le maire de Saint-Simon, Normand Corbeil, assisté de sa directrice générale, France Desjardins. Une entente entre la municipalité et les propriétaires riverains pour assurer la pérennité des plantations a fait l’objet de discussions sans pour autant avoir un engagement ferme à cet égard par les propriétaires. Les coûts d’entretien sont assumés en totalité par Énergie Valéro (Ultramar) pour une durée de trois ans tel qu’exigé par le décret, mais l’entretien à plus long terme est laissé à la discrétion de chaque propriétaire. Les propriétaires ont démontré dans le passé leur intérêt à protéger, maintenir et entretenir les plantations selon leur capacité d’intervention. En terminant, ce projet a été offert à toutes les municipalités de la MRC des Maskoutains qui ont signé avec Ultramar, Pipeline Saint-Laurent, mais Saint-Simon aurait été la seule à y adhérer. Notez que les travaux ont été exécutés par les Services Forestiers Des Arbres Blancs.

image