29 novembre 2018
Ville de Saint-Hyacinthe
Échos du conseil
Par: Rémi Léonard
Les chenillettes devraient bientôt passer sur le trottoir de la rue Guy, à Sainte-Rosalie, qui n’était jusqu’à maintenant pas entretenu l’hiver. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les chenillettes devraient bientôt passer sur le trottoir de la rue Guy, à Sainte-Rosalie, qui n’était jusqu’à maintenant pas entretenu l’hiver. Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est ce terrain de la rue Girouard Est qui a été vendu à la Ville pour 215 000 $ par les Constructions Robin. Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est ce terrain de la rue Girouard Est qui a été vendu à la Ville pour 215 000 $ par les Constructions Robin. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Déjà du travail pour Sylvain Gervais

La Ville de Saint-Hyacinthe a officialisé la délégation de la gestion du Marché public à Saint-Hyacinthe Technopole, tel que rapporté dans nos pages le 8 novembre, sauf qu’on sait maintenant qui sera responsable de ce mandat. Il s’agit du nouveau directeur du développement commercial, Sylvain Gervais, fraîchement nommé à ce poste. Le conseiller Caron a d’ailleurs profité de l’occasion pour lui souhaiter un bon retour en ville. La résolution indique qu’il devra notamment « négocier et signer les baux extérieurs et effectuer le recrutement des nouveaux locataires pour les espaces intérieurs ». M. Gervais est également mandaté pour siéger au sein de la SDC centre-ville « à titre de répondant municipal et de personne-ressource ». Le conseiller du centre-ville y siège déjà en tant que membre observateur.

Achat salé sur Girouard Est

La Ville a récemment acquis un terrain vacant des Constructions Robin situé en bordure de la rue Girouard Est, à peu près en face du Séminaire, pour la somme de 215 000 $. L’achat était nécessaire pour réaliser un projet d’aqueduc qui doit traverser la rivière pour approvisionner le secteur est de la ville. Comme ce lot est évalué à 74 900 $ au rôle actuel, LE COURRIER a demandé ce qui avait amené la Ville à débourser autant pour l’acquérir, alors que d’autres achats réalisés auprès de citoyens ont rarement dépassé l’évaluation de plus de 10 %. La raison est simple, a expliqué le directeur général, Louis Bilodeau, c’est que ce terrain était voué à la construction résidentielle et l’entreprise comptait réaliser une marge supplémentaire sur la vente éventuelle du terrain. Au final, les deux parties se sont entendues sur la moyenne des estimations réalisées par leurs évaluateurs respectifs, a informé le DG.

Drôle de plan directeur

Petit suivi sur le cas du trottoir de la rue Guy, rapporté dans notre page éditoriale de la semaine dernière. Rappelons qu’une résidente de cette rue du secteur Sainte-Rosalie a fait remarquer au conseil que le plan directeur des trottoirs, s’il était appliqué tel quel, viendrait éventuellement éliminer le trottoir d’un côté de la rue pour en construire un nouveau de l’autre côté. La citoyenne voulait également réitérer une demande qu’elle tente de faire valoir depuis trois ans, à savoir que ce trottoir qui se rend jusqu’à l’école du quartier soit déneigé en hiver. Une semaine après son intervention, aucune réponse ne lui était parvenue. Mercredi, le conseiller du secteur, Donald Côté, a confirmé au COURRIER que le trottoir de la rue Guy serait entretenu cet hiver, entre l’école et la 116. Par contre, l’idée de changer le trottoir de côté, à la fin de sa vie utile, évidemment, est maintenue. Le facteur principal dans cette décision est lié à l’ensoleillement supérieur sur le côté est de la rue, a indiqué le conseiller.

image