26 janvier 2012
Entrain r��el ou pas?
Par: Martin Bourassa

C’est écrit noir sur blanc dans mon journal alors je ne vais pas nier la réalité : le projet de train de banlieue a été remis sur les rails.

C’est écrit noir sur blanc dans mon journal alors je ne vais pas nier la réalité : le projet de train de banlieue a été remis sur les rails.

J’oserais cependant ajouter que cela a été fait sensiblement par les gens qui avaient placé le projet sur la voie d’évitement il y a cinq ou six ans déjà, pour ne pas dire 10 ou même plus. La question du prolongement de la ligne de Mont-Saint-Hilaire jusqu’à Saint-Hyacinthe a souvent été abordée par la Ville de Saint-Hyacinthe ou la Chambre de commerce locale ces dernières années, mais sans trop de conviction.Mais cette fois, la Chambre de commerce jure que c’est la bonne. Un comité a même été formé pour convaincre les sceptiques du bien-fondé du projet.Un site Internet viendra soutenir les efforts de sensibilisation.Claude Corbeil déborde d’optimisme. Il en aura besoin et on lui souhaite bonne chance d’ailleurs. Le défi est énorme et il le sait. Par bonté d’âme, je lui donne un argument dans sa croisade en faveur d’attirer le train de banlieue : Saint-Hyacinthe doit tenter quelque chose de gros pour sortir de sa torpeur démographique.Au cas où cela vous aurait échappé, la population de Saint-Hyacinthe se développe à la vitesse de la torture cancéreuse amputée des deux jambes.De 2006 à 2012, elle a bondi d’un gros 1 342 habitants, soit une moyenne de 223 personnes par année depuis six ans. Au niveau de la MRC, on parle d’une hausse de 2 832 au cours de la même période, soit une hausse moyenne annuelle de 472 personnes. Ce n’est pas les gros chars, surtout quand on regarde l’effervescence autour de nous, spécialement dans la région de Beloeil et Sainte-Julie.Le train de banlieue n’est sans doute pas la solution à tous nos maux, mais il a au moins l’avantage de générer de l’espoir…. et de l’inquiétude certes.Il faudra que le comité fasse ses devoirs avec sérieux et qu’il génère un effet d’entraînement durable autour de lui. Il faudra aussi que la Ville de Saint-Hyacinthe se range avec conviction derrière ce projet. Personnellement, j’ai encore des doutes sur la volonté de la Ville et du maire de pousser le train de banlieue à fond.D’en faire une priorité absolue. J’ai l’impression que le maire est d’accord pour la forme, mais pas plus. En entrevue l’été dernier au magazine Contacts affaires, il parlait du projet de train de banlieue comme d’un projet « séduisant, mais malheureusement coûteux ». À l’image du fameux tunnel sur le prolongement du boulevard Casavant quoi. C’est ce qui me déçoit parfois avec M. Bernier. Sa façon de gérer les dossiers en ayant constamment un pied sur le frein et l’autre sur l’accélérateur.D’où peut-être un sentiment d’immobilisme général.La preuve qu’un politicien peut avoir les deux mains sur le volant, mais sans grand résultat si on a les deux pieds enfoncés sur les pédales.C’est d’ailleurs l’absence totale de leadership qui explique pourquoi tout reste encore à faire dans le dossier du train de banlieue à Saint-Hyacinthe.On a tellement perdu de temps et pris du retard, c’est à peine croyable.

image