3 novembre 2016
Entre les lignes
Faites vos Parisella
Par: Le Courrier

Comme plusieurs, j’ai grandement apprécié, voire savouré, la conférence de John Parisella, la semaine dernière, devant la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe, portant sur l’élection américaine. Parlez-moi de ça un invité qui connaît son sujet sur le bout de ses doigts, se risque au jeu des prédictions et donne son opinion personnelle et ses préférences. Du bonbon.

Ce fin observateur a fait le tour des forces et des faiblesses en présence, soulignant que l’on a affaire aux deux candidats les plus impopulaires de toute l’histoire politique américaine. Bref, le 8 novembre, on comprend que le 45e président de l’histoire ne sera pas tant le meilleur que le moins pire des deux.

M. Parisella a prédit et dit souhaiter la victoire d’Hillary Clinton. L’ex-première dame reviendrait à la Maison-Blanche par la grande porte en étant la première femme à devenir présidente des États-Unis. Les sondages et les projections du moment semblaient vouloir donner raison à notre conférencier.

Sauf qu’une semaine plus tard, à moins de sept jours du vote, rien ne va plus pour Hillary. C’est fou comme les choses peuvent changer rapidement. Il faut dire que le FBI n’a pas tellement aidé la cause démocrate en relançant l’enquête sur les courriels de Clinton et en ressortant un vieux rapport sur son mari des boules à mites.

Outre le FBI, WikiLeaks ne cesse d’en rajouter. Tant et si bien que mardi, les médias faisaient grand état des résultats d’un sondage ABC News/Washington Post accordant un point d’avance à Donald Trump. Plusieurs autres sondages accordent toujours la victoire à Clinton, mais placent Trump non loin, très souvent dans la marge d’erreur. Bref, rien n’est joué et Dieu sait ce qu’on nous réserve encore comme révélations ou déclarations croustillantes au cours des prochains jours. Quand Barack Obama a été élu à la présidence, j’avais suivi l’élection au salon avec ma mère et nous étions alors convaincus tous les deux d’avoir assisté à une élection historique. Le 8 novembre, j’ai presque envie de m’inviter chez elle à nouveau puisque cette élection s’annonce mémorable. Ces imprévisibles lendemains tout autant, et ce, peu importe le résultat.

image