21 février 2019
Familles maskoutaines (10) – Les Roy
Par: Le Courrier

Joseph Roy,1873, extrait d’une photo montage de J.J.E. Sauvageau. Centre d’histoire CH478-PI-002-0037

Les quelque 60 000 Roy du Québec y forment la troisième plus grande famille. Ils descendent d’une trentaine de pionniers différents. Selon les actes inscrits aux registres maskoutains, ils se retrouvent chez nous en neuvième position.

De toutes les concessions accordées par Hyacinthe Delorme ou, par la suite, par le curé François Noiseux, aucune n’a été faite au nom d’un Roy. Le premier acte apparaissant dans nos registres paroissiaux mentionne le baptême d’Antoine Roy, né le 1er décembre 1781 et baptisé le 27 décembre suivant en l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Ses parents, Joseph Roy et Marie Daniel, mariés le 9 septembre 1765 à Saint-Charles-de-Bellechasse, semblent s’être souvent déplacés puisqu’on les trouve ensuite à Baie-du-Febvre, à Saint-François-du-Lac et à Yamaska avant de venir s’établir à Saint-Hyacinthe entre 1778 et 1781.

Alcide Roy

Né à Saint-Jude le 24 janvier 1901, il était le neuvième des onze enfants de Joseph Roy, menuisier, et d’Hermine Larivière. Il fait ses études classiques au séminaire de Saint-Hyacinthe de 1914 à 1922 et sa théologie au grand séminaire de Montréal de 1922 à 1926. C’est là qu’il est ordonné par Mgr Georges Gauthier, le 29 mai 1926. Au séminaire de Saint-Hyacinthe, il est maître de discipline de 1926 à 1931, assistant-directeur en 1931-1932, professeur de syntaxe de 1932 à 1935, directeur de 1935 à 1944 et procureur de 1944 à 1972. Il est aussi vicaire dominical à Sainte-Madeleine de 1945 à 1972 et chanoine du Chapitre cathédral à partir de 1952.

Il est décédé subitement le 10 avril 1972, à l’âge de 71 ans et 3 mois. Quatre jours plus tard, ses funérailles furent présidées par Mgr Albert Sanschagrin et il fut inhumé dans la crypte du séminaire de Saint-Hyacinthe. Le parc Alcide-Roy, situé sur la rue Rouleau, entre les rues Gauthier et Prince, honore aujourd’hui sa mémoire.

Léon Roy

Né le 16 décembre 1891 à Saint-Zéphirin-de-Courval, du mariage d’Arsène Roy, cultivateur, et de Marie Cloutier, Léon Roy est le cadet de cette famille de huit enfants. Il a fait ses études secondaires au séminaire de Nicolet de 1906 à 1913. Il a par la suite poursuivi ses études universitaires à l’Université Laval de Québec de 1914 à 1916, puis à l’Université Laval de Montréal de 1916 à 1918. Il a été vétéran de la guerre de 1918 et médecin interne de l’hôpital Sainte-Justine en 1919.

De 1920 à 1938, il a eu un bureau à Saint-Pie. Il déménage ensuite son bureau à Saint-Hyacinthe, plus précisément au 755 de l’avenue Sainte-Anne. Le 20 septembre 1921, il a épousé Germaine Picard à la cathédrale de Saint-Hyacinthe. Il est décédé le 25 octobre 1970 à Drummondville-Sud et a été inhumé à Saint-Zéphirin-de-Courval.

Joseph Roy

Fils de Joseph Roy, cordonnier originaire de Saint-Denis-sur-Richelieu, et de Reine-Marguerite Audet-Lapointe, il est né à Saint-Hyacinthe le 2 août 1838. Il épouse Joséphine Barbeau le 2 février 1864 en l’église Notre-Dame de Montréal. Des neuf enfants nés de ce couple, seul Joseph atteindra l’âge adulte. Il est admis au Barreau en 1861, après avoir fait sa cléricature chez les avocats maskoutains Sicotte et Chagnon. Il ouvre un bureau sur la rue des Cascades et s’associe ensuite une dizaine d’années à Jérôme-Adolphe Chicoine.

En 1873, il accepte le poste de protonotaire à la Cour Supérieure au palais de justice de Saint-Hyacinthe, poste qu’il occupera jusqu’en 1918. En 1893, il fit ériger la superbe maison qu’on peut toujours admirer au 3095, rue Girouard Ouest. Joseph Roy décède le 31 mai 1919, à l’âge de 80 ans.

À suivre : Les Tétreault

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image