14 février 2019
Frein au développement sur Casavant Est
Par: Rémi Léonard

Un aperçu des terrains visés par la nouvelle zone soumise à un plan d’aménagement d’ensemble. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe a déposé à la dernière séance du conseil, le 4 février, un projet de changement de zonage portant sur un large espace vacant au sud de l’autoroute 20, près de la sortie Girouard. Cette nouvelle zone sera « soumise à un plan d’aménagement d’ensemble », ce qui signifie qu’aucun permis de construction ne pourra être délivré à court terme.

L’idée est d’appliquer un temps d’arrêt au développement dans le secteur, a convenu le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau. La conseillère du district Bois-Joli, Claire Gagné, a également parlé d’un « temps de réflexion ». La municipalité souhaite d’abord « convenir de la vision de développement » de ce site avec le promoteur, a expliqué le DG.

Les propriétaires des lots visés sont les Immeubles Robin, l’Oeuvre Antoine-Girouard, la Corporation du Séminaire de Saint-Hyacinthe et la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Le secteur en question inclut le vaste terrain compris entre le boulevard Casavant Est, l’avenue des Grandes-Orgues et la rue Girouard Est, ainsi qu’une partie au sud de l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe (EPSH), à l’ouest de l’avenue des Grandes-Orgues. Il se divisait jusqu’ici en une section commerciale en bordure du boulevard Casavant et de divers secteurs résidentiels vers le sud, dont le zonage permettait des constructions allant de maisons unifamiliales jusqu’à des immeubles de quatre étages comprenant 36 logements, selon les différentes zones.

Selon nos informations, ce changement règlementaire arrive au moment où le Groupe Robin envisageait la construction d’une nouvelle station-service en face de celle déjà existante sur Girouard Est, tout près de la sortie d’autoroute. Nellie Robin, la présidente du Groupe Robin, n’a pas souhaité commenter pour l’instant.

Du commercial ou non?

En consultant le document déposé au conseil pour décrire la nouvelle zone ainsi créée, on constate toutefois que la municipalité laisse planer la possibilité d’écarter complètement l’usage commercial au profit du résidentiel. « Il y a lieu de réfléchir de façon plus approfondie aux besoins à combler pour cette zone commerciale, à son positionnement et même au maintien de cette dernière. […] La Ville se questionne si elle doit se prévaloir d’une certaine vitrine sur l’autoroute ou orienter simplement l’aspect commercial vers une desserte du quartier », indique-t-on, en laissant une porte ouverte pour des « bureaux d’importance tels des sièges sociaux ».

Côté résidentiel, l’idée de densification, dont l’application en bordure de rivière au centre-ville a tant fait réagir dernièrement, se retrouve également priorisée dans ce développement près de l’autoroute. Sans préciser encore le nombre d’étages, on parle simplement de « forte densité », ce qui correspond au même qualificatif que celui utilisé au centre-ville. Une distinction est toutefois faite avec le terrain appartenant à la Corporation du Séminaire, situé à l’ouest de l’avenue des Grandes-Orgues, près de l’EPSH et d’un quartier déjà développé. À cet endroit, une densité « moyenne » est privilégiée.

Quant au terrain adjacent, propriété de la commission scolaire, le changement de zonage vient y appliquer un usage institutionnel, le même que pour ses terrains voisins où se trouvent la PHD et l’EPSH. La Ville parle d’un espace vacant qui pourrait être utilisé « pour l’expansion de cette école [l’EPSH] ou encore pour la construction d’une nouvelle école ». La commission scolaire s’est bien gardée de confirmer que le projet de future école secondaire ira de l’avant à cet endroit.

Pour ce qui est des terrains appartenant à l’Oeuvre Antoine-Girouard, plus près de l’usine de biométhanisation, ils devraient logiquement se retrouver un jour entre les mains du Groupe Robin, en vertu de l’entente d’exclusivité qui lie les deux parties.

Seule la conseillère Linda Roy a voté contre la résolution pendant la séance publique. Invitée à expliquer sa décision, elle a soulevé la présence de l’usine d’épuration et de biométhanisation non loin, incompatible selon elle avec un usage résidentiel. La présence de cette usine devra « être prise en compte », indique simplement le document municipal. Mme Roy a aussi déploré que la Ville ait procédé à ce changement sans informer les propriétaires concernés. La conseillère Nicole Dion Audette, présidente du comité consultatif d’urbanisme, n’a pas retourné notre appel.

Robin s’active

Coïncidence ou non, quelques jours après le dépôt du règlement, l’entreprise Pétrole M Rendez-Vous Marchands, enregistrée au nom des Robin et propriétaire de la station-service du boulevard Casavant Est, acquerrait pour 586 800 $ un terrain de l’Oeuvre Antoine-Girouard, mais à l’autre bout de la ville. Il s’agit du lot situé au coin des boulevards Laurier et Casavant Ouest, lui aussi en face d’une station-service déjà existante. C’est également là qu’avait été un temps considérée la prochaine école primaire de Saint-Hyacinthe. ß

image